Gros match de Juraj Slafkovsky : l’impact de Sean Monahan s’est fait sentir

Hier, lors de l’entraînement du Canadien, on a été à même de constater que Juraj Slafkovsky allait avoir sa chance sur un trio plus offensif, lui qui s’était entraîné avec Sean Monahan et Josh Anderson.

Et clairement, dans la victoire de 2-1 du Canadien hier soir, il n’a pas déçu.

Évidemment, la première chose qui a retenu l’attention, c’est le fait qu’il a marqué au cours des 13 premières secondes de jeu. Cela a évidemment donné un boost de confiance à son trio.

Le message de Martin St-Louis (bien commencer les matchs) a finalement été entendu.

Vous me direz que Jakob Markstrom, qui est sorti de son filet dans le cadre d’une des pires décisions prises par un gardien depuis longtemps, a grandement aidé la cause de Slaf… et c’est vrai.

Clairement, le cerbère des Flames n’est pas en confiance présentement.

Mais il n’en demeure pas moins que ce n’est pas tout ce qu’il y a à retenir du match de Slaf. Tout au long de la partie, il était à sa place et il prenait la bonne décision avec la rondelle.

Il n’avait pas l’air débordé, au contraire. Dans les faits, il a joué comme un gars qui se mérite une autre audition… surtout avec les blessés à l’attaque chez le Canadien en ce moment.

Que fera le CH si Brendan Gallagher peut revenir au jeu demain?

C’est quasiment comme s’il était plus facile de créer des choses offensivement avec Sean Monahan et Josh Anderson (qui a été impliqué hier) qu’avec Jake Evans et Michael Pezzetta, deux gars au talent plus limité.

Le voilà donc sur un rythme de 18 buts et on peut bel et bien s’attendre à le voir obtenir de plus grandes responsabilités pour la suite des choses s’il continue à jouer de la sorte.

Est-ce qu’on peut oublier le Championnat mondial junior?

Et tout ça, c’est l’effet Sean Monahan. Ses ailiers ont bien joué parce que ce sont de bons joueurs, mais surtout parce que le joueur de centre a bien guidé le match lors de son retour à Calgary.

On parle beaucoup de Monahan depuis quelques jours (que ce soit en raison de ses performances, de son état de santé, de son avenir ou de son retour à Calgary), mais il mérite l’attention.

Pourquoi? Parce que malgré les émotions de son retour à la maison et le fait qu’il soit obligé de porter une botte pour se déplacer, il a quand même obtenu deux passes… dans une victoire de 2-1.

Il avait de l’argent sur la table et si son compte de banque est moins garni ce matin, on peut clairement penser qu’il est l’artisan de son propre malheur à cet effet-là. Et il doit en être content.

Évidemment, la tenue de ce trio-là explique grandement pourquoi le CH a été en mesure de gagner le premier duel de son voyage, et ce, même si Chris Wideman a joué à l’attaque. Rem Pitlick n’est pas arrivé à temps pour jouer.

Mais quels sont les autres facteurs de la victoire?

1. Jake Allen a été extraordinaire hier. Dans la victoire, il a effectué pas moins de 45 arrêts, ce qui est évidemment bien au-delà des attentes pour un gars qui avait connu un mois de novembre très ordinaire, disons.

Il a clairement inspiré ses coéquipiers.

De voir Martin St-Louis lui accorder un vote de confiance (en le faisant jouer et en rappelant qu’il est le gardien #1 de l’équipe) a sans doute aidé le gardien à offrir des performances à la hauteur de ce qu’il est capable d’offrir.

S’il peut continuer comme ça et que Samuel Montembeault peut continuer de jouer comme il le fait, ça va grandement aider le club.

2. Dans les faits, cela semble avoir inspiré ses coéquipiers à « prendre soin de l’équipe » en bloquant des tirs. 23 tirs ont été bloqués, dont 17 par les défenseurs du club.

Seuls Mike Matheson et Chris Wideman, qui jouait à l’attaque, n’ont pas bloqué de tirs à la ligne bleue.

Arber Xhekaj et Jordan Harris, qui jouaient sur la troisième paire, en ont un chaque, mais Joel Edmundson (4), Kaiden Guhle (4) et David Savard (7) ont offert leur corps à l’équipe hier soir.

Espérons d’ailleurs que Guhle soit correct…

Il est certain que de voir Monahan arriver dans une botte et de voir Savard bloquer sept tirs au cours du match, ça crée une culture dans l’équipe et ça force les jeunes à se dépasser.

Et hier, c’est ce que Guhle a fait.

3. Si vous n’avez pas vu le match, je vous jure que ce n’est pas une blague : l’avantage numérique du Canadien de Montréal a débloqué. Je sais, c’est dur à croire.

Le deuxième but de la rencontre a été préparé par Nick Suzuki, qui a très bien mis la table pour Cole Caufield.

Les deux vedettes avaient connu un match plus tranquille, mais ils ont quand même trouvé le moyen de se rendre utile et de contribuer à la victoire en marquant le but gagnant.

D’ailleurs, comment est-ce que Cole Caufield a (encore) réussi à se démarquer de la sorte?

Dans notre conversation d’équipe de DLC, des blagues sur le fait qu’on devrait s’acheter un 6/49 après avoir vu un but être marqué en avantage numérique ont fait surface. Ce n’est pas fou, à ce point-ci.

Notons que les Flames ont été 0-en-4 avec un homme en plus.

4. Tout n’était pas parfait puisque le CH n’a tiré, au final, que 19 fois sur le gardien adverse. 18 fois, en fait, si on considère que Slaf a marqué alors que le cerbère adverse était parti voir ailleurs s’il y était.

Résultat? Le CH a bloqué des tirs, a pris des punitions et tentait de survivre. Ceci dit, comme tout le reste a été très bien exécuté, il faut saluer l’effort des gars, qui ont mérité le W.

Prolongation

Aujourd’hui, les joueurs du Canadien auront droit à une journée de congé. Personne ne parlera aux médias et il n’y aura pas d’entraînement non plus.

Les gars vont pouvoir profiter des charmes… d’Edmonton.

Il faudra donc attendre à demain avant de voir si Johnathan Kovacevic et Samuel Montembeault auront leur chance pour le CH contre les Oilers, samedi soir à 19h. J’ai le sentiment qu’ils joueront.

Et offensivement, est-ce que Rem Pitlick jouera? Ça va dépendre de l’état de santé de Brendan Gallagher, de Sean Monahan et de Mike Hoffman, qui est resté à Montréal. J’ai le sentiment que Pitlick jouera demain, moi.

PLUS DE NOUVELLES