Mock Draft | 2e partie : les choix 16 à 31

Bienvenue à cette deuxième partie de notre Mock Draft! 

Christian Matte, qui vient de terminer la rédaction d’une impressionnante série d’articles sur plusieurs espoirs de ce repêchage, et Tony Patoine, qui s’intéresse aux jeunes talents depuis toujours, sont encore avec vous pour vous livrer tantôt ce qu’ils pensent que les équipes feront lors du repêchage, tantôt ce qu’ils feraient, eux, s’ils étaient aux commandes de l’équipe qui sélectionne.

On verra mardi soir si certains de leurs choix plus audacieux et personnels s’avéreront exacts en réalité!

Christian Matte, continuera de s’occuper des rangs impairs et Tony Patoine des rangs pairs.

Après les rangs 1 à 15 hier, on reprend donc aujourd’hui au 16e rang avec la très attendue sélection des Canadiens de Montréal!

Bonne fin de MOCK DRAFT!

16. Canadiens de Montréal: Hendrix Lapierre, C
On sent que le DG est prêt à frapper un grand coup. Marc Bergevin ne s’en cache pas, il est très ouvert à l’idée d’échanger son choix de première ronde. J’évalue les probabilités qu’il le fasse à environ 30%. Mais n’oublions pas que Bergevin pourrait aussi facilement aller chercher de l’aide immédiate de qualité en usant des choix # 46, 47 et 56, ou encore de sa banque d’espoirs déjà bien garnie, voir même de quelques joueurs de l »édition actuelle…

Cela dit, après plusieurs semaines de travail en amont, j’ai bien l’impression que la décision finale va se prendre le soir même lorsque Bergevin saura qui est encore disponible au 16e rang et qui est vraiment sérieux parmi ses homologues.

Dans l’éventualité que ses partenaires de danse se fassent trop discrets à son goût, Hendrix Lapierre devrait être, à mon sens, parmi les attaquants – avec, disons, Jarvis, Mercer, Reichel et Holloway – que le Canadien devrait considérer à son tour de parole s’ils sont disponibles.

Un avis que ne partage pas Marc-Antoine Godin qui ne croit pas, d’après ses infos, que Lapierre est dans la mire du CH.  De son côté, le spécialiste du hockey junior à TVA Sports, Mikaël Lalancette, croit que Dawson Mercer serait l’homme du CH, lui qui a une connexion directe avec Dominique Ducharme qui l’avait repêché du temps qu’il était avec Drummondville.

Droitier, bonnes mains, assez bon physique, Mercer coche en effet pas mal de cases…

Mais dans les paramètres de ce repêchage simulé où on doit y aller avec ce qui reste sur l’ardoise, Lapierre serait mon choix si j’étais Timmins. Comme j’aurais pris Quinn Hughes à la place de Kotkaniemi si j’avais été dans ses souliers en 2018…

Je ne dis donc pas que les Canadiens choisiront Lapierre, je dis que c’est lui que je prendrais être à leur place dans ce repêchage simulé. Nuance.

Je crois que les blessures (commotions et, surtout, sa dernière blessure cervicale) semblent choses du passé dans le cas de Lapierre. Du moins, on peut raisonnablement l’espérer. Crosby et Bergeron sont revenus à 100% de blessures semblables, voire bien pires, que celle qu’a subie le Gatinois en novembre dernier. Après avoir obtenu le bon diagnostic d’un physio, Lapierre a notamment dû ajouter beaucoup de muscles dans la région du cou afin de se protéger davantage au niveau cervical. C’était exactement la chose à faire.

Jeune homme brillant, articulé et travaillant, avec une attitude irréprochable, Lapierre est possiblement le joueur le plus talentueux et complet encore disponible. Il dit lui-même s’inspirer d’un mélange de Kuznetsov et Bergeron. Et à le regarder jouer, il n’invente rien…

Il est surtout reconnu pour ses qualités de patineur et de fabricant de jeu hors pair, mais il semble aussi avoir grandement amélioré son lancer dans les derniers mois, le pratiquant même d’une à deux heures par jour!

Au-delà de la langue et de la question identitaire, et même de sa position de centre, c’est donc surtout son talent brut et sa détermination qui justifieraient mon choix. Jamais de mauvais arguments…

Mais bien sûr, on n’a jamais trop de centres ; la position ayant encore le plus de valeur dans la LNH avec les arrières de premier plan. Premièrement, on ne sait jamais ce qui peut arriver avec ceux déjà en place : éventuellement trop coûteux, sous-performants, malheureux, des blessures, des échanges?, etc. Ensuite, Cam Hillis est le seul autre pivot digne de ce nom dans la banque de jeunes espoirs qui n’ont pas encore atteint la LNH et personne ne le voit très haut dans la hiérarchie… Enfin, n’oublions pas qu’au besoin Lapierre pourrait très bien évoluer à l’aile gauche où quelques éléments actuels pourraient être appelés à partir dans les prochaines années (Tatar, Drouin, Byron, Lehkonen, Poehling?).

Bref, si Bergevin ne procède pas à une transaction et que le CH choisit un autre joueur que Lapierre, Timmins et sa bande sont mieux de ne pas se tromper! Car, dans le cas contraire, si jamais le Québécois connaissait une carrière à la hauteur de son talent (on ne parle pas de Louis Leblanc ici…) et qu’il était épargné par les blessures, ils vont en entendre parler longtemps…

17. Blackhawks de Chicago : Dawson Mercer, AD/C
Mercer amène avec lui une grande dose de caractère, il joue comme un game changer. Il est habitué de déjouer les probabilités, lui qui s’est taillé un poste de régulier avec le Canada au dernier Championnat mondial junior alors qu’il n’était même pas au camp estival de l’équipe en juillet 2019. Mercer cadrera parfaitement avec le style des Hawks, qui ne comptent pas sur un joueur de son style dans leur banque d’espoirs. Et mieux encore, le jeune homme aura tout le temps d’apprendre et être influencés en évoluant, à moyen terme, aux côtés d’un grand capitaine dans la LNH : Jonathan Toews.

18. Devils du New Jersey (acquis de l’Arizona) : Dylan Holloway, AG
On a un très sérieux besoin d’attaquants de puissance au New Jersey pour entourer leurs jeunes et frêles joueurs de centres. Avec son gabarit, son coup de patin au-dessus de la moyenne et son jeu robuste, Holloway coche beaucoup de cases pour les Diables. Rendu là, on ne le laissera pas passer. Même si son niveau de hockey IQ soulève quelques doutes, je m’attends à un grosse saison de sa part au Wisconsin aux côtés de Caufield. Au pire, dans la LNH, il deviendra une troisième roue abrasive de qualité sur un trio offensif ou un joueur fatiguant sur une troisième unité. Un profil qu’on aime avoir de son bord en séries…

19. Flames de Calgary : Tyson Foerster, AD
À Calgary, il manque un véritable franc-tireur pour rejoindre un jour Matthew Tkachuk et sa bande. Rendu à ce moment du repêchage, trois buteurs talentueux sont encore disponibles : Jacob Perreault, Brendan Brisson et Tyson Foerster. Ils se tourneront vers Foerster, qui est le plus mature des trois sur le plan physique et possiblement le plus complet, même s’il n’est pas le plus rapide. Il est celui dont le style de jeu a le plus de chances de bien se marier à celui que les Flames privilégient en ce moment.

20. Devils du New Jersey (acquis de TB via Vancouver) : Jacob Perreault, AD
Est-il le buteur de 35-40 buts dont les Devils ont besoin pour compléter les savantes passes de Hischier et Hughes? Possiblement! Mais il y a un facteur risque ici. Perreault possède des habiletés offensives indéniables : coup de patin fluide et puissant, bonnes mains, tir dévastateur et chirurgical. Dans son cas, on relève cependant une attitude qui laisserait à désirer. On le dit parfois désintéressé. Papa Yanick et, disons, Martin Brodeur (!), pourraient avoir un peu de travail à faire avec lui. Mais, au final, ça doit venir du joueur.

21. Blue Jackets de Columbus : Mavrik Bourque, AD/C
Rendu à ce moment du repêchage, je vois mal les Blue Jackets passer par-dessus la possibilité de mettre la main sur Bourque, parce qu’il est exactement le type de joueur que John Tortorella affectionne grandement. L’attaquant des Cataractes de Shawinigan est parmi les joueurs les plus intelligents et les plus agiles de cette cuvée, il porte une attention incroyable pour bien faire dans les détails. Aussi, sur la patinoire, il va attirer l’attention parce qu’il pratique un style de jeu hargneux.

22. Rangers de New York (acquis de la Caroline) : Anton Lundell, C
Un peu le mal aimé de notre exercice – Lundell est presque partout classé dans le top 15 – mais les Rangers seraient bien contents, eux, de le retrouver ici. Évoluant déjà dans une ligue d’hommes en Finlande (SM-Liiga), mature tactiquement et physiquement, Lundell est peut-être prêt à faire le saut dans la LNH dès la prochaine saison. Ça tombe bien, les Rangers aimeraient sans doute garder leurs gros sous pour d’autres projets plus ambitieux qu’un centre de 3e ou 4e trio. Rendu là, Lundell c’est du pas si beau, mais du bon, solide et pas cher.

23. Flyers de Philadelphie : Braden Schneider, DD
Ce choix est susceptible d’être échangé, mais si ce n’est pas le cas, Braden Schneider serait parfait pour les Flyers. On parle ici d’un pan de mur défensif qui ne laisse rien passer. C’est très difficile d’affronter ce défenseur robuste, qui devient vite l’homme de confiance de ses entraineurs pour protéger une avance. Il sera parfait pour seconder Robert Hagg dans des missions de ce type et compléter le jeu des Myers, Provorov et Gostisbehere (s’il est encore à Philadelphie quand Schneider sera prêt à graduer).

24. Avalanche du Colorado : Noel Gunler, AD
À part MacKinnon, on a peu de droitiers en attaque au Colorado. Gunler qui joue déjà avec des hommes dans la SHL est un buteur doté d’un excellent tir et d’un bon physique (déjà 6’2, 187 lbs) qui aime se présenter dans l’enclave. Il pourrait devenir un des bons marqueurs de ce repêchage. Ses statistiques dans les rangs mineurs en Suède suggèrent qu’il n’est peut-être vraiment pas si loin d’un Alexander Holtz. Les bonnes organisations sont souvent capables de repêcher des perles rares vers la fin de la première ronde. Colorado pourrait frapper un coup de circuit ici.

25. Capitals de Washington: Connor Zary, C/AG
Les Capitals pourraient très bien y aller avec Brendan Brisson qui pourrait, un jour, venir remplacer (un peu) Ovechkin pour remplir le filet adverse. Je demeure convaincu que Connor Zary sera le choix de Washington. Avec Zary, les Capitals mettraient la main sur un joueur qui a un sens du jeu très développé et qui fait preuve de beaucoup de détermination. En défensive, c’est pratiquement l’équivalent d’un 3e défenseur sur la patinoire. À l’attaque, il n’a aucun problème à forcer le jeu pour arriver à ses fins. Bref, c’est un joueur qui a toutes les chances d’obtenir rapidement un grand rôle sous les ordres de Laviolette. Avec Zary, les Caps vont y aller pour le coup sûr, eux qui commencent à avoir une relève plutôt mince.

26. Blues de St-Louis : William Wallinder, DG
Les Blues hésiteront peut-être entre Helge Grans et William Wallinder. À notre sens, ça pourrait être l’un ou l’autre. Mais à 6’4, 192 lbs, le très jeune Wallinder est un des patineurs les plus fluides de l’encan. On est vraiment loin du produit fini dans son cas, mais les Blues aiment ce genre de pari avec des arrières imposants (lire, Parayko, Edmundson) qui patinent bien. Wallinder ne sera probablement jamais une grande menace offensive mais, à terme, il pourrait avoir des similitudes dans son jeu avec celui d’un autre gaucher, Jay Bouwmeester.

 27. Ducks d’Anaheim : Jake Neighbours, AG
Voilà un bon patineur et l’un des rares power foward disponibles en première ronde. Neighbours, c’est le prototype de l’attaquant que tu veux avoir sous la main pour aller à la guerre une fois rendu en séries. C’est un vrai tank, un joueur qui est très difficile à affronter dans des batailles à un contre un et il est agressif en échec-avant. Il est taillé sur mesure pour aider la cause des Ducks, une fois que leur reconstruction sera terminée.

28. Sénateurs d’Ottawa (acquis des Islanders de New York) : Luke Evangelista, AD
Le collègue Matte m’a volé Neighbours en pleine face! Je l’aurais bien vu à Ottawa jouer au « tannant » en compagnie de Brady Tkachuk. Ailier droit présentant un jeu complet et mature, Evangelista a cependant de quoi nous réconforter. Enterré derrière Connor McMichael et Liam Foudy à London, Evangelista recevait peu de temps de glace en avantage numérique et est quand même parvenu à enregistrer 61 points en 62 matchs. Il sera à surveiller l’an prochain alors qu’il pourrait se hisser parmi les meilleurs marqueurs de la OHL. Un choix somme toute assez sûr, sans être plate.

29. Golden Knights de Las Vegas : Jérémie Poirier, DG
Je sais que d’autres choix plus sûrs seront encore là au moment où les Golden Knights parleront. Et que plusieurs dénigrent Poirier en raison de son attitude et la qualité de son jeu défensif. Mais, il a des superbes habiletés pour transporter la rondelle et diriger une attaque. Vegas n’aura aucun problème à miser sur ce talent pur et ils sauront bien diriger ce joyau, eux qui ont besoin d’améliorer leur relève en défensive.

30. Stars de Dallas : Jan Mysak, C
S’il décide de conserver leur choix, voilà un beau petit joueur de centre qui pourrait tomber dans les mains des Stars en cette fin de première ronde! Mysak, travaillant, rapide et très dynamique, n’a pas raté son entrée en milieu de saison avec les Bulldogs de Hamilton. Les Stars pensent peut-être qu’il ferait mieux d’obtenir de l’aide immédiate, mais ils doivent aussi commencer à penser en fonction de leur relève et Mysak possède un élément vitesse qui manque au Stars.

31. Sharks de San Jose (Acquis de Tampa Bay) : Brendan Brisson, C
Le bassin de prospects est mince du côté des Sharks, qui ont donc besoin d’ajouter du talent pur. Brendan Brisson, l’une des cartes cachées de ce repêchage, est un franc-tireur redoutable et il a connu toute une saison dans la USHL. À terme, il viendra s’ajouter à une offensive qui aura besoin de renforts de qualité. Ça lui laissera le temps de bien améliorer son coup de patin, qui a besoin de beaucoup de travail.

N’hésitez pas à commenter respectueusement notre analyse sur Facebook et à nous soumettre vos idées sur les différentes sélections de cette première ronde!

PLUS DE NOUVELLES