Contrat sans date d’entrée : la LNH est furieuse contre Marc Bergevin

Michael Russo, journaliste pour TheAthletic attitré à la couverture des activités du Wild de Minnesota, a confié hier que la LNH était en beau fusil contre certaines équipes qui ont tenté de contourné une règle… de profiter d’une faille.

Et le Canadien fait partie de ces équipes-là.

Des sources lui ont indiqué que la ligue avait pourtant été claire avec ses équipes : elles ne pouvaient pas signer, durant la pandémie, des contrats d’entrée incluant la saison 2019-20.

Cependant, avant que ses activités soient suspendues, il était possible de signer un joueur et de l’amener en Amérique pour terminer la saison (et ainsi brûler la première année de son contrat d’entrée).

Nombreux sont les joueurs qui l’ont fait au cours des dernières années : Chris Kreider, Charlie McAvoy, Ryan Poehling, Cale Makar, Nikita Gusev…

Mais la ligue souhaitait éviter ce genre de scénarios cette année, avec la COVID-19… fort probablement pour empêcher de voir des joueurs être théoriquement éligibles au tournoi de type round robin qui pourrait se jouer durant l’été.

Or, certaines équipes ont annoncé qu’elles s’étaient entendues avec un jeune espoir… ajoutant que la date d’entrée en vigueur n’avait pas encore été déterminée. Soit ce sera 2019-20, soit ce sera 2020-21. Ainsi, ces équipes se gardaient une porte ouverte pour l’éventuelle possibilité que leur nouveau joueur puisse participer à une reprise.

Mais ça n’arrivera pas selon Bill Daly, qui n’aime pas voir les équipes tenter de contourner les contraintes que la ligue et lui mettent en place.

Alexander Romanov (Canadiens), Grigori Denisenko (Panthers), Ilya Sorokin (Islanders), Ian Mitchell (Blackhawks) et Scott Perunovich (Blues) devront donc attendre à la saison prochaine avant de représenter leur nouvelle équipe.

Et le DG qui a conclu leur plus récente entente de principe a mis la LNH en tabarouette!

Sachant que la présence probable du Canadien lors de l’éventuelle relance en dérange plusieurs et que la LNH cherche possiblement à trouver un moyen de désavantager le Tricolore, on peut croire qu’il est impossible de la voir changer d’idée et laisser Romanov disputer le prochain tournoi éliminatoire.

Mais bon… certaines équipes espèrent toujours. Personnellement, je crois que l’on pourrait peut-être laisser un joueur brûler la première année de son contrat… mais sans pouvoir pour autant chausser les patins. Au mieux, Romanov aurait donc une année de moins à disputer à petit salaire.

Sachant que la prochaine saison ne pourrait débuter qu’en décembre, ce serait au moins là une bonne nouvelle pour un jeune espoir qui sera longtemps sans jouer.

Russo a aussi appris que le Wild évaluait présentement la possibilité de signer, puis de prêter Kirill Kaprizov au CSKA de Moscou, son ancienne équipe, jusqu’au lancement de la prochaine campagne. Ce serait risqué, non? Quoi que l’empêcher de jouer pendant près d’un an le serait encore plus…

Est-ce que le CH pourrait aussi prêter Romanov au CSKA? Ça pourrait même être en Suède ou en Finlande, me dit-on. Mais puisque le joueur serait sous contrat avec le club montréalais, il devrait revenir en Amérique du Nord dès l’ouverture des camps. Le risque de le perdre serait donc nul (ou presque)…

En rafale

– Les Bruins pourraient être forcés d’attendre au moins un mois avant de s’entraîner… à moins de déménager dans une autre ville pour la première phase.

– Quel est le rôle exact d’un défenseur offensif en 2020?

– Il aurait vraiment dû se garder une petite gêne, non?

– Si c’est ça ton plus gros défi, ça devrait aller…

– D’anciens coéquipiers de Michael Jordan prétendent que le documentaire Last Dance ne reflète pas la réalité.

PLUS DE NOUVELLES