Enrico Ciccone déçu des mesures de déconfinement du sport du gouvernement

Plus tôt aujourd’hui, le gouvernement a annoncé ses mesures de déconfinement du sport.

Pour les personnes qui habitent en zone rouge, on constate l’ouverture des gymnases et des centres sportifs. Ceci dit, contrairement à la zone orange, la pratique ne change pas : elle est interdite.

En zone orange, les activités sont permises en petit groupe de huit (intérieur) ou 12 (extérieur).

Mais dans tous les cas, la pratique demeure interdite. Ce sont donc de petits changements qui sont apportés.

En zone rouge, je suis donc autorisé à m’entraîner et nos jeunes aussi. Ceci dit, vous savez comme moi que nos enfants ne sont pas motivés par l’entraînement comme les adultes.

Les plus jeunes ont besoin de jouer – et c’est normal. Quelle est la différence pour eux?

Enrico Ciccone, chef de l’opposition en matière de sports, était de passage au 91.9 Sports afin de discuter des changements.

On ne parle pas ici d’un client satisfait. À ses yeux, il n’y a pas de but à viser puisqu’on ne sait pas ce que ça prendra pour avancer. Il s’attendait à voir un plan à long terme pour savoir à quoi s’en tenir, mais ce n’est pas le cas.

Il est vrai que l’impact sur les jeunes n’est pas exactement idéal. Beaucoup d’entre eux souffrent beaucoup et n’ont pas le sport pour se raccrocher présentement.

Ce sont eux qui sont les perdants de cette nouvelle. Et c’est bien dommage.

Cicco aurait aimé voir le gouvernement prendre des décisions basées sur le principe du cas par cas. Ainsi, les régions les moins touchées, même dans le rouge, pourraient en donner un brin plus aux jeunes, notamment.

Si on continue à faire attention collectivement, les chances de revoir nos jeunes bouger s’agrandissent. Mais d’ici là, leurs options sont minces.

PLUS DE NOUVELLES