Départ de Saint-Louis : David Perron toujours sous le choc

Les Blues de Saint-Louis ont décidé de ne pas offrir de nouveau contrat à David Perron à la fin de la dernière saison. Il s’est donc résolu à tester le marché des joueurs autonomes, où il s’est entendu avec les Red Wings de Detroit. Même s’il s’est trouvé une nouvelle équipe, David Perron est encore sous le choc de ne pas être revenu avec les Blues, encore sous le choc de savoir qu’ils ne voulaient plus de lui.

Quelques jours après l’annonce de sa signature avec les Wings, David Perron a accepté un entretien avec Jeremy Rutherford de The Athletic.

La grande surprise de Perron, c’est que même après 11 saisons avec les Blues, ça se finit aussi abruptement.

«Je suis encore un peu sous le choc que ça n’a pas fonctionné, de la façon que les années sont passées. J’imagine que si tu vois mes performances décliner ou quelque chose, tu es genre « Peut-être qu’il y a quelque chose ici ». C’est encore cru pour moi. Je devais laisser la poussière retomber et j’imagine que je dois encore laisser ça arriver.» – David Perron via Jeremy Rutherford de The Athletic

Ce qui choque encore plus Perron, c’est que les Blues n’ont pas fait de réel effort pour le garder, même après une bonne saison et plusieurs autres de qualité en portant le chandail bleu et jaune.

«Ils parlaient, mais c’était seulement pour parler. Ce n’était jamais très sérieux de ce que j’entendais de mon côté. On espérait seulement d’avoir quelque chose à quoi penser. J’imagine que dans les situations de contrat comme ça, tu peux parler pendant un bout et éventuellement, il y a une offre et ensuite ça se conclut en une minute. Mais ce n’est pas comme s’il y avait quoi que ce soit qui me rendait excité.» – David Perron via Jeremy Rutherford de The Athletic

Les Blues ont fait plusieurs acquisitions dès la première journée du marché des joueurs autonomes et rapidement, il n’y avait plus un sou de disponible pour Perron. C’est à ce moment que le Québécois a réalisé que c’était vraiment la fin.

Perron aurait reçu une offre de deux ans à 4 millions $ par année, pendant la dernière campagne, mais il aurait poliment refusé puisqu’il voulait rester à Saint-Louis plus longtemps encore. Et 4 millions $ par année dans son cas aurait été légèrement insultant avec le recul, surtout après une séquence de 13 points en 12 matchs en éliminatoires, dont une série contre l’Avalanche.

Ça, c’est sans oublier ses statistiques de saison régulière avec 27 buts et 30 passes pour 57 points en 67 rencontres. Perron a du talent, mais les Blues ne voulaient plus de lui. La bonne nouvelle, c’est que les Red Wings sont très heureux d’avoir un joueur offensif de sa trempe dans leur alignement pour un salaire assez bas (4,75 millions $) considérant la quantité de points qu’il peut produire.

David Perron essaie quand même de prendre la situation en riant. Il trouvait assez étrange d’acheter une casquette des Red Wings pour son fils, lui qui a commencé sa carrière comme rival de cette même équipe.

En rafale

– Analyse de la nouvelle acquisition du CF Montréal.

– Les Predators règlent le cas de Trenin.

– Vasek Pospisil est prêt pour l’Omnium Banque Nationale.

– Une saison du tonnerre pour Verlander.

– L’ancien gardien de Montréal change d’adresse.

PLUS DE NOUVELLES