Cette vague d’amour qu’a reçu Carey Price

Quelques mois seulement après que l’attaquant Jonathan Drouin ait ressenti le besoin de prendre ses distances du marché montréalais, voilà que c’est au tour de Carey Price de s’éloigner de l’entourage du Canadien. C’est la nouvelle du jour.

Pour des raisons qui ne sont pas reliées au hockey, certes, mais qui demeurent tout de même assez significatives dans sa vie pour le forcer à prendre une pause indéterminée.

Bon. Tout ça, ça a déjà été couvert. On sait que le gardien du Tricolore doit s’absenter pour des problèmes de santé mentale, qu’il est prêt à se battre pour revenir en force, et que Marc Bergevin aimerait le voir sur la glace au moins une fois durant la saison.

Ce qui mérite d’être souligné, maintenant, c’est la vague d’amour qu’a reçu Carey Price aujourd’hui. Ça venait de tous les côtés.

Les réseaux sociaux ont la malheureuse réputation d’entraîner énormément de haine et de colère, quand ce n’est pas de l’insécurité quant aux standards sociaux ou corporels. Et la plupart du temps, c’est vrai. Mais aujourd’hui, ça n’a pas du tout été le cas.

Les messages d’appui, de support et d’encouragement qui ont été publiés par les internautes aujourd’hui ont véritablement été l’exception qui confirme la règle, en ce qui concerne la violente réalité des réseaux sociaux.

Et ce n’est pas que de la part des partisans de la Sainte-Flanelle que Price a reçu ses beaux mots. Son ancien coéquipier Phillip Danault, qui évolue désormais avec les Kings de Los Angeles, avait lui aussi son mot à dire.

Voici ce qu’il a confié à Renaud Lavoie lors d’une entrevue cet après-midi.

« Montréal, c’est tough de jouer là, surtout comme premier gardien. Le marché, la pression… un moment donné, ça vient de te chercher mentalement. Ce n’est pas évident ce qu’il vit et j’espère qu’on va donner un peu d’intimité à lui et à sa famille pour qu’il puisse se remettre sur pied à 100%. »

Félix Séguin, descripteur officiel du CH pour TVA Sports, s’est lui aussi exprimé sur le sujet. Il a signé une chronique aussi pertinente dans le contexte que percutante pour ceux qui en font la lecture.

Dans son texte, le commentateur sportif s’ouvre sur la réalité du marché sportif montréalais. Sans prétendre qu’il incarne le même genre de personnage que celui qui est le gardien numéro un dans une ville qui brille au rythme du hockey depuis plus d’une décennie, il apporte un point de vue nécessaire.

« La pression. Les attentes. Les performances. Les comptes à rendre. Les médias sociaux. Les patrons. Les amateurs. Tout devient très gros dans la tête. Lorsqu’on ne voit pas la lumière au bout du tunnel, lorsque tout devient sombre, lorsque la vie devient lourde et écrasante, il n’y a rien à faire. La tête devient ton pire ennemi. »

Ce mouvement de mobilisation est touchant. Mais pour le rester, il faudra que la sphère hockey au Québec laisse Carey Price se rétablir à son propre rythme. Le brusquer dans ce processus, ce serait un manque de respect.

en rafale

– Il n’y a pas que nous qui l’ayons eu dure dernièrement.

– Une réhabilitation particulière pour Max Domi.

– On aime tous voir ça!

 

– Les Lions, ça s’en vient!

– Son dernier combat s’était soldé sous fond de drame.

PLUS DE NOUVELLES