Carey Price: un leadership à ne pas sous-estimer

À la suite des nouvelles peu encourageantes dans le dossier Carey Price dans les dernières semaines, il semble que la carrière du gardien soit finie. Sur la glace, l’impact du Britanno-Colombien est indéniable. Il est, sans aucun doute, un des meilleurs cerbères de sa génération.

Non seulement Price était le meilleur joueur du Canadien sur la glace, il était aussi un leader important à l’extérieur de la patinoire dont l’absence se fera sentir.

Le nouvellement retraité Mathieu Perreault était de passage à La Poche Blue Midi aujourd’hui. Celui qui a disputé 25 matchs avec le Tricolore l’an dernier en a profité pour parler de son expérience dans l’entourage de l’équipe. Le vétéran de 708 matchs dans la LNH a notamment témoigné de l’importance que Carey Price avait chez les joueurs. Il dit s’être aperçu de l’impact du cerbère sur ses coéquipiers lorsque le numéro 31 était revenu après avoir quitté l’entourage de l’équipe pour des raisons personnelles.

Il avait organisé une rencontre et de la façon dont il parlait à l’équipe, c’était évident qu’il était le leader. J’étais vraiment impressionné de la façon dont il parlait aux gars. Tu voyais que l’équipe s’ennuyait de Carey Price sur la glace, mais dans le vestiaire aussi.

-Mathieu Perreault

Le point de vue de Perreault est intéressant puisqu’il s’agit d’une personne avec un point de vue extérieur. Il avait joué plusieurs saisons dans d’autres organisations et en arrivant à Montréal avec ce regard extérieur, il s’est aperçu de l’importance de Price en tant que leader.

Mais ces commentaires du Québécois ne sont pas trop surprenants. Tout au long de sa carrière, Price a été considéré comme étant un des meneurs du CH. À plusieurs reprises, le journaliste Eric Engels l’a même qualifié de capitaine.

Malheureusement, en raison d’un règlement mis en place par la LNH, les gardiens ne peuvent être nommés capitaines puisqu’ils ne peuvent pas quitter leur zone à n’importe quel moment pour discuter avec les arbitres. À une époque lointaine, George Hainsworth et Bill Durnan ont porté le « C » pour le Tricolore, mais les temps ont changé.

En 2008, Roberto Luongo avait été nommé capitaine des Canucks, mais il ne pouvait pas porter le « C » sur son chandail. Il s’est toutefois retiré de ce poste en 2010.

Il est clair que si c’était permis, c’est Price qui aurait porté le « C » pour une bonne partie de sa carrière.

Mais au moins, il restera dans l’entourage de l’équipe cette année. Il restera proche des boys et sa présence sera rassurante dans les moments plus difficiles.

C’est tout le contraire de Shea Weber, dont l’absence précipitée avait créé un immense vide au sein de l’équipe, ce qui n’a certainement pas aidé les performances atroces lors de la saison 2021-2022. 

En rafale

– Wow!

– C’est serré!

– Il avait inscrit 104 points dans la LHJMQ l’an dernier.

– Quel exploit!

– Les attentes seront élevées à Cleveland.

PLUS DE NOUVELLES