Carey Price et Jaroslav Halak ne voulaient plus être ensemble

Ce matin, j’ai écouté quelques audio du 98.5, où Martin McGuire s’entretient avec Mario Langlois afin de jacasser du Canadien de Montréal. Évidemment, une séquence a retenu mon attention, soit celle impliquant Carey Price et Jaroslav Halak (je vous rappelle que ça fait déjà une décennie qu’il a quitté Montréal). Vite fait, McGuire a indiqué que Price et Halak ne voulaient plus être ensemble. Sait-il quelque chose? A-t-il dit ça comme ça? Je l’ignore, mais une chose qu’on a pu constater au fil des années, c’est que Price ne veut jamais être avec un bon gardien qui le challenge.

Il suffit de reculer dans le passé pour comprendre rapidement le manque d’auxiliaires de qualité année après année. On indique chaque saison morte qu’on veut donner du repos à Carey Price, qu’il soit d’office pendant 50 joutes et non 65… eh ben, comment ça peut bien fonctionner cette recette si Marc Bergevin ne signe pas un gardien qui à l’étoffe de challenger Carey Price? À la suite du départ de Halak, il y a eu Alex Auld (2010-11), Peter Budaj (2011 à 2014), Dustin Tokarski (2014 à 2016), Mike Condon (2015-16), Ben Scivens (2015-16), Charlie Lindgren (2016 à aujourd’hui), Al Montoya (2016 à 2017), Antti Niemi (2017 à 2019) et Keith Kinkaid (cette année).

Il veut être le seul numéro un.
(Crédit: Capture d’écran Twitter)

On amène souvent des vétérans comme Kinkaid, Niemi ou Montoya afin de le seconder puisque le numéro 31 a déjà indiqué qu’il ne voulait pas jouer à la gardienne (avec un jeune cerbère). Il ne souhaite pas jouer au baby-sitter et lors de la signature de Kinkaid, il a indiqué ceci : «À ce moment de ma carrière, je ne veux pas être un mentor!»

L’entraîneur des gardiens du Tricolore, l’excellent Stéphane Waite, a d’ailleurs appuyé sa vedette au sujet du deuxième gardien :

«C’est plus rassurant pour Carey de travailler avec un vétéran. Il adore travailler avec ses adjoints, il échange beaucoup d’idées, mais, pour l’instant, il sent moins le besoin d’être un grand frère et préfère se concentrer sur ce qu’il a à faire.» – Waite

Tout ça pour indiquer que Price veut le monopole devant la cage montréalaise et que ça pourrait être le cas encore quelques années. Quoique Cayden Primeau pourrait le pousser dans le derrière d’ici peu, ne sait-on jamais!

PLUS DE NOUVELLES