Buffalo : une ville « incroyable » pour le hockey, selon Tage Thompson

Pour une raison ou une autre, les Sabres de Buffalo ne sont tout simplement pas capables de connaître du succès sur une base régulière.

L’équipe n’a pas participé aux séries depuis – attachez-vous bien – 2011, ce qui en dit beaucoup sur le rendement de l’organisation au cours de la dernière décennie.

La sélection de Jack Eichel au deuxième rang du repêchage de 2015 n’a pas changé grand chose au final, malgré le fait que les attentes placées envers l’Américain étaient très élevées. Rasmus Dahlin et Owen Power, eux, ont été choisis au premier rang des repêchages de 2018 et de 2021, mais leur impact se fait toujours attendre au sein du grand club.

L’équipe est médiocre depuis un bout et c’est sûrement ce qui explique le fait qu’elle a terminé l’année dernière au 31e rang de la ligue en termes de moyenne d’assistance, alors qu’il y avait  environ 10 000 fans présents par matchs (9 997, pour être plus précis).

Mais, malgré tout, Tage Thompson estime que c’est l’une des meilleures villes de la ligue pour jouer au hockey… en raison de la passion des Buffaloniens.

Rappelons que Thompson vient de signer un contrat monstrueux avec les Sabres et qu’il touchera 50 millions de dollars au cours de sept prochaines saisons.

C’est peut-être une bonne chose pour le club, au-delà des performances du gars sur la glace. J’explique. 

Avec leurs récents insuccès, les Sabres n’ont pas nécessairement le profil d’une équipe attirante pour les joueurs sur le marché des agents libres, à moins que ce soit pour une question d’argent.

Non mais, pour vrai… Qui voudrait aller jouer là-bas, en étant presque sûr de manquer les séries?

Quand un gars signe juste pour le cash, les chances qu’il se consacre à 100% auprès de l’équipe sont minces, voire inexistantes. Et les Sabres semblent l’avoir compris après avoir fait quelques erreurs du genre dans les dernières années (Taylor Hall).

Ils sont en train de bâtir une équipe avec des joueurs qui veulent jouer là-bas et qui veulent rebâtir la culture du club. Parce qu’on se rappelle qu’à un certain point dans les années 2000, les Sabres étaient bons. Très bons, même.

Dans cette optique, on a qu’à penser à l’échange de Jack Eichel à Vegas… qui a permis d’accueillir un joueur de la place (et possiblement le prochain capitaine de l’équipe), Alex Tuch.

Et les commentaires de Thompson vont dans le même sens. 

Les jeunes poussent à Buffalo et il est maintenant temps pour les Sabres de tourner la page sur plusieurs années difficiles, afin de faire de la place au futur… mais surtout au succès.

En rafale

Radu a l’air en pleine forme!

– Pas le choix d’y aller avec Peter Forsberg. Vous?

– Ça brasse à New York.

– Bizarre, toute cette histoire…

– Ils en ont besoin.

PLUS DE NOUVELLES