Bob Hartley refuse de s’avancer sur la possibilité de diriger le Canadien

Quand il est questionné sur son avenir, Bob Hartley est clair : il veut prendre sa retraite à la fin de la saison. Le vétéran entraîneur, qui travaille maintenant en Russie, veut honorer la fin de son contrat et prendre du temps pour lui après.

Ceci dit, le sujet du Canadien est toujours dans le décor. Pourquoi? Parce que… c’est le Canadien.

Questionné depuis de nombreuses années là-dessus, Hartley a toujours été clair : il ne veut pas parler de la job d’un autre. Et comme on a appris le congédiement en même temps que l’arrivée de Dom Ducharme, le poste n’a jamais été libre. Il n’en a donc jamais parlé.

C’est clair.

Ceci dit, la situation pourrait changer si Marc Bergevin devait lever les feutres. Après tout, il n’est vraiment pas assuré de revenir et le Canadien pourrait avoir un nouveau DG en place l’an prochain.

Si un Scott Mellanby ou un Martin Lapointe devait prendre le poste, on ose croire que Ducharme garderait son emploi. Mais si un gars arrive de l’extérieur, existe-t-il un monde où un changement d’entraîneur a lieu?

Et si ce gars-là était Patrick Roy et que ce dernier voulait amener Hartley avec lui? C’est précisément la question qui a été posée à l’entraîneur sur les ondes de Radio X.

Sa réponse? Comme d’habitude. Il ne veut pas parler du poste d’un autre. Il a trop de classe pour ça, lui qui est un homme qui marche droit.

Ce qu’il a répété, c’est que le coach en lui aura de la misère à arrêter de travailler, mais que l’homme en lui sera content de mettre du temps sur sa famille et sur d’autres projets.

Il a surtout rappelé que le CH a un DG et un entraîneur et qu’il a lui-même un contrat.

Malgré tout, il qualifie Roy de plus grand winner qu’il a eu la chance d’entraîner. On sent qu’il écouterait si on devait lui proposer le poste.

Mais disons qu’on est encore loin de la coupe aux lèvres dans le dossier. Très loin, même.

En rafale

– Que faire de l’avantage numérique?

– Un premier départ pour un gardien natif du Québec depuis José Théodore et une première apparition depuis Marc Denis.

– Il le mérite.

– De retour à Hamilton.

PLUS DE NOUVELLES