Ben Chiarot : son style de jeu est critiqué du côté de Detroit

Même si je n’ai jamais été le plus grand partisan de Ben Chiarot, il n’en demeure pas moins que le défenseur a offert de fiers services au Canadien lors de son passage à Montréal. Jumelé avec Shea Weber sur la première paire de l’équipe, Chiarot a eu de très bons moments avec le Tricolore, étant un élément important du fameux top-4 défensif qui a aidé le CH à se rendre en finale à l’été 2021.

Mais quand les Panthers ont payé le très gros prix pour ses services, disons que j’étais bien content de le voir quitter. Ce n’est rien contre le gars, mais un choix de première ronde en 2023 sans protection, c’est déjà énorme pour Chiarot (sans compter Ty Smilanic et le choix de 4e ronde en 2022 qui ont aussi été acquis).

Rappelons que Chiarot s’est prévalu de son autonomie l’été dernier pour s’entendre avec les Red Wings (il touchera 4,75 M$ par année jusqu’en 2025-26). Or, disons que jusqu’à maintenant, il ne fait pas que des heureux en ville.

Qu’est-ce qu’on lui reproche là-bas? C’est bien simple : exactement les mêmes choses qu’on lui reprochait ici, soit ses nombreuses pénalités (souvent inutiles) et son jeu trop agressif.

En 38 matchs cette saison, Chiarot a marqué deux buts et a amassé dix points. Il affiche un différentiel de -12 et a « récolté » pas moins de 33 minutes de pénalité. Ce ne sont pas exactement des chiffres dignes d’un trophée Norris, disons.

Encore une fois, je ne veux pas faire le procès du gars, qui a rendu de fiers services au CH, mais la description correspond bien aux facettes du jeu de Chiarot que je n’aimais pas particulièrement. Certes, il est capable de jouer physique et il peut se tirer d’affaire avec un bon partenaire, mais il n’en demeure pas moins qu’il est un gars un brin limité.

Je ne dis pas que tout le blâme va à Chiarot, mais n’est-ce pas un peu étrange de voir Moritz Seider, qui a été son partenaire le plus régulier cette saison, connaître une énorme régression en 2022-23 (13 points en 38 matchs) après son excellente saison recrue (50 points en 82 matchs)? Seider, à sa deuxième saison dans la LNH, vit-il le « phénomène » de la guigne de la deuxième année, ou est-il seulement aux prises avec un partenaire qui le tire par le bas? 

Avec encore plus de trois ans à faire au contrat de Chiarot, le fait de le voir être déjà critiqué de la sorte n’est pas un bon signe. À près de 5 M$ par année, ce n’est pas idéal s’il est déjà en train de tomber dans les mauvaises grâces à Detroit.

Pendant ce temps, à Montréal, Chiarot est un gars particulièrement apprécié, mais pour une raison toute autre, alors que le choix des Panthers acquis en retour de ses services risque un peu plus à chaque jour de devenir un excellent choix.

Les Panthers sont au 23e rang de la ligue actuellement et un billet pour les séries semble improbable, si bien que le choix a actuellement 5 % de chances d’être le tout premier choix du prochain repêchage.

Imaginez une seconde si ce choix devait devenir Connor Bedard, qui brûle tout sur son passage récemmentOn peut rêver, non?

Mais clairement, Chiarot ne semble pas être un favori de la foule à Detroit présentement. Ça peut encore se replacer, ceci dit, mais c’est une situation à surveiller.

En rafale

– Qu’en pensez-vous?

– Effectivement.

– Intéressant.

– Embauche chez le CF Montréal.

– À lire (et à écouter).

PLUS DE NOUVELLES