Après Max Pacioretty, est-ce que Shea Weber sera le prochain à partir ?

Marc Bergevin n’a jamais voulu nous parler de reconstruction, et c’est bien normal.

Déjà que le club n’est plus aussi populaire que jadis – les ventes de billets en sont un parfait exemple – la direction du Canadien a apparemment du mal à accepter le fait que l’équipe soit en reconstruction, par peur de faire baisser cette cote de sympathie, déjà bien basse.

Quoique, ne pensez-vous pas que les partisans et observateurs seraient un brin plus compréhensifs si les têtes fortes avouaient que la formation était en pleine réédification ? 

À la place, Bergevin et Molson préfèrent nous parler de reset, en clamant que le but est de se qualifier pour les séries éliminatoires. Pourtant, tout nous indique que la franchise est en reconstruction.

Si l’objectif était d’obtenir une place en séries, est-ce que le DG du Canadien aurait transigé son meilleur marqueur et capitaine, en Max Pacioretty ? 

Les fans accepteraient encore mieux la situation précaire dans lequel leur club se trouve si un plan clair avait été dévoilé. Il est bien beau de dire qu’il faut se rajeunir et avoir une équipe possédant des joueurs de vitesse, mais il faut être cohérent dans ce que l’on dit.

Si tu transiges Pacioretty, tu te dois de faire la même chose avec Shea Weber, Carey Price ou encore Jeff Petry, ou du moins, il faut essayer. Tant qu’ils ont de la valeur, pourquoi les garder dans un environnement perdant, alors qu’ils pourraient aider des formations qui veulent gagner la coupe Stanley dans un futur proche ? 

Néanmoins, Bergevin ne veut toujours pas entendre parler de reconstruction. Shea Weber et Carey Price sont là pour rester.

D’ailleurs, Jean-Charles Lajoie a eu des propos extrêmement intéressants à ce sujet.

« Je confirme que pour ma part, il y a toute apparence de reconstruction chez le Canadien. Pourquoi dans ce cas s’empêtrer de Shea Weber ? Pire, le nommer Capitaine ? Ayoye ! »

– Jean-Charles Lajoie

Selon l’animateur du 91,9 Sports, il n’est pas question d’échanger Weber à une franchise comme le Lightning, qui est bien trop proche du seuil maximal sous le plafond salarial.

Par contre, des formations comme les Devils, les Hurricanes, les Islanders, l’Avalanche ou encore les Sénateurs pourraient accueillir le faramineux contrat du gros défenseur.

La bonne nouvelle là-dedans est que Weber n’a plus de clause de non-échange associée à son contrat, ce qui laisse toute la marge de manoeuvre possible et imaginable à Marc Bergevin.

Mais pourquoi envoyer le #6 vers des franchises où l’argent ne coule pas à flots ? 

Toujours d’après Lajoie, les franchises citées ci-haut ont de la place sous le plafond. En plus, la majorité de l’argent que Weber perçoit sur son actuelle entente lui a déjà été déversée.

Pour remettre les choses en perspective, et même si Weber compte pour 7,85M$ sur la masse salariale pour encore 7 ans, l’équipe qui aura potentiellement fait son acquisition ne devra lui verser que 24M$ lors des 7 prochaines saisons.

Source : CapFriendly 

Même si cesdites formations ont quelques problèmes monétaires, ils n’auront presque pas de soucis à payer Shea Weber.

Jean-Charles Lajoie a raison : le Canadien est en pleine reconstruction. Tant qu’à transiger Max Pacioretty, il faudrait être logique et faire de même avec Shea Weber.

À toi de jouer, Marc !

PLUS DE NOUVELLES