Alexis Lafrenière : Le futur Chris Kreider

Alexis Lafrenière a eu de la chance de se faire repêcher au premier rang par une équipe déjà remplie de talent. Le problème, c’est qu’il n’obtient pas autant de temps de jeu qu’il en aurait en jouant ailleurs. Son évolution se fait plus lentement que prévue, mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’il devienne un pilier des Rangers de New York, un genre de Chris Kreider.

C’est ce que pense Alexandre Pratt, invité au balado Sortie de zone de La Presse, lundi. C’est une solution probable si on se fie au travail de Lafrenière depuis le début des séries éliminatoires.

Pratt croit que Lafrenière n’a présentement pas le bon rôle pour devenir un joueur étoile avec New York.

« Il est derrière Panarin et Kreider et ces deux gars là ont encore quatre ans de contrat pour Panarin et cinq ans pour Kreider. Tu sais, à un moment donné, il va falloir en changer un de côté. Tu ne peux pas trois gars qui jouent du même côté ou trois ailiers dans une (formation) qui sont collés comme ça. » – Alexandre Pratt de passage au balado Sortie de zone de La Presse

La solution pour le faire développer plus rapidement : lui donner plus de temps de jeu.

« Au dernier match, il a quand même joué moins de minutes que Kotkaniemi, qui n’est quand même pas une superstar honnêtement. Il a eu le bonheur de tomber avec les Rangers dans le repêchage, qui avaient déjà une bonne équipe, mais si ce gars là jouait avec une équipe de fond de classement, il serait déjà une star dans la Ligue nationale, il jouerait sur le premier trio. » – Alexandre Pratt de passage au balado Sortie de zone de La Presse

Pratt poursuit en expliquant que Lafrenière joue très bien présentement, si bien qu’il fait bien paraitre ses coéquipiers de troisième trio encore meilleurs. Oui, il ne fait pas exploser la feuille de pointage contre les Hurricanes, mais il joue avec du coeur au ventre et fonce partout sur la patinoire. Ses compagnons de trio en profitent et marquent des points.

Tous les invités au balado Sortie de zone de La Presse étaient d’accord ; Alexis Lafrenière deviendra un pilier pour les Rangers dans les prochaines années. Tout ce qui lui manque, ce sont des opportunités et du temps pour se développer.

Celui que l’on surnomme Laffy a si bien travaillé depuis la fin de la saison qu’il s’est attiré les éloges de son entraîneur, Gerard Gallant, qui n’est pas du genre à complimenter tout ce qui bouge comme l’explique Jean-François Chaumont du Journal de Montréal.

« Laffy [Lafrenière] est bon depuis les mois de janvier ou février, a noté Gallant. Il a atteint un autre niveau. Laffy devient un homme. Il obtient aussi de bons résultats. Il se sent bien de la façon qu’il joue et je peux lui faire confiance. J’aime aussi son implication physique. Il a un esprit très compétitif. Il prend les bonnes décisions avec la rondelle. C’est un bon signe pour un jeune joueur. » – Gerard Gallant à propos d’Alexis Lafrenière, après le match numéro six entre les Rangers et les Hurricanes

Alors oui, Lafrenière n’est pas toujours sur la feuille de pointage après les matchs, mais son implication est bien présente et surprend agréablement les membres des Rangers.

Lui et ses compagnons de trio se doivent de continuer à faire marcher la machine lors du match numéro sept contre les Hurricanes, lundi soir. Si les Rangers l’emportent lundi soir, ce sera leur première apparition en finale de la conférence Est depuis 2015, alors qu’ils s’étaient inclinés en sept matchs contre le Lightning.

En rafale

– Une belle journée ensoleillée pour du hockey balle!

– Le nouvel entraîneur-adjoint des Sags n’a que 23 ans!

– Plusieurs espoirs de talent des Stars excellent présentement.

– Après une incroyable carrière, Martin se retire en beauté.

– La troupe de receveurs des Alouettes continue de s’améliorer.

PLUS DE NOUVELLES