Alex Romanov : à New York, la langue française n’est plus un problème

À la surprise générale, Alexander Romanov a été échangé aux Islanders de New York l’été dernier. Le défenseur était aimé à Montréal, mais Kent Hughes a décidé de prendre le pari d’utiliser la profondeur de ses défenseurs gauchers afin de faire l’acquisition de Kirby Dach.

Jusqu’à maintenant, tout se déroule bien pour le Russe avec sa nouvelle équipe. Il obtient de grosses responsabilités sur la patinoire (il évolue sur la première paire de défenseurs aux côtés de Noah Dobson) et a visiblement la confiance de son entraîneur. Les gars dans le vestiaire l’apprécient également, selon ce qu’a rapporté Nicolas Cloutier dans un de ses récents articles.

Ce dernier est allé à sa rencontre alors que les Islanders affrontaient les Sénateurs lundi soir à Ottawa et en a profité pour prendre de ses nouvelles. Romy lui a entre autres expliqué qu’au moment de l’échange, il ne savait pas trop comment réagir puisqu’il ne s’en attendait pas du tout. Il avoue, à ce moment-là, avoir vécu des moments plus difficiles.

Mais on a appris à connaître le jeune lors de son passage à Montréal et l’une des choses qui le caractérisaient le plus était sa bonne humeur et sa joie de vivre. Ceci dit, il s’est fait à l’idée qu’il allait obtenir un nouveau départ et il a commencé à digérer l’échange tranquillement pas vite par la suite.

Ce que j’ai surtout trouvé intéressant de l’entretien entre le journaliste et le joueur est le fait que ce dernier s’est confié sur les difficultés à apprendre la langue anglaise, un défi qui n’est jamais facile pour un jeune joueur qui vient de l’autre bout du monde.

On se rappelle que Romanov avait parfois quelques difficultés à s’exprimer devant les caméras et cela semble encore être le cas en date d’aujourd’hui, tel qu’a raconté Andrew Gross (journaliste à la couverture des Islanders) à Nicolas Cloutier.

La différence notable, maintenant, est que Romanov a le loisir de se concentrer sur une seule langue, soit l’anglais. Le jeune a vite appris que les New-Yorkais n’étaient pas familiers avec la langue de Molière, comme il a affirmé à la blague à Nicolas :

Maintenant que je suis aux États-Unis, au moins, c’est seulement l’anglais. Il n’y a plus de français!

Je vous invite à lire le dossier complet tapé par Nicolas, que vous pouvez retrouver ci-dessous :

Il s’agit d’un aspect important dans la vie d’Alexander Romanov depuis qu’il est débarqué en Amérique du Nord. Apprendre et se familiariser avec une nouvelle langue est quelque chose qui n’est pas donné à tout le monde et on en a la preuve en ce moment, alors que le défenseur est arrivé ici en 2020.

Pauvre kid… Il devait-tu être mélangé rien qu’un peu, lorsqu’il a mis les pieds à Montréal pour la première fois de sa vie à l’époque!

Il faut lui donner encore un peu de temps afin qu’il perfectionne ses habiletés avec la langue de Shakespeare… Mais au moins, là, il a l’occasion de pouvoir se concentrer seulement sur l’anglais, et non l’anglais et le français. Et c’est tout à son avantage, s’il souhaite un jour pouvoir s’exprimer en toute liberté devant les caméras et les journalistes.

En rafale

– Bonne nouvelle.

– Montembeault devant le filet demain.

– Parce que oui, Jake Evans a quitté la pratique plus tôt ce matin.

– Ils ont les éléments nécessaires afin de rebondir.

– Ça brasse à Gatineau!

PLUS DE NOUVELLES