On a du fun à Verdun!

Voici, comme c’est le cas depuis quelques lundis, une chronique de Ken Platenpouich, un collaborateur/éditorialiste/chroniqueur/gars qui mange du hockey 3 à 4 fois par jour! Bonne lecture!

Un vendredi soir à Verdun

Vendredi, 18h30.

Je regarde Sports 30 à RDS tout seul chez nous, peinard, en finissant de laver la vaisselle quand soudain Stéphane Leroux annonce que le Junior joue à l’Auditorium de Verdun.

Un deuxième match en deux soirs dans la série qui les oppose aux Mooseheads d’Halifax.

Le match commence à 19h05.

La veille, il y avait à peine 800 personnes dans les gradins alors que le CH était en train de se faire démolir à Boston.

Pas d’excuse cette fois-ci. Depuis le début de la saison que je m’étais promis d’aller voir le Junior au moins une fois.

Je cours jusqu’au Métro.

J’arrive à la station de l’Église.

Puis, je cours jusqu’à l’aréna.

Pas de file d’attente au guichet. Billet à 17$. Tu t’assis où tu veux, l’Aréna est encore à moitié vide deux minutes après le début du match…

 

Petite soif? La bière est abordable à 4,50$ et est servie par de sympathiques jeunes demoiselles qui ne ménagent pas les sourires ni les efforts en se promenant de rangée en rangée avec leur cabaret bien rempli.

Le match? Pas pire. Ça patine, ça frappe et les passes sont précises dans l’ensemble, surtout du côté du Junior.  

On est proche de l’action et il n’y a pas un mauvais siège dans l’aréna qui sent « bon » le hockey de mon enfance.

Bref, tout va bien.

Un premier but du petit numéro 7 du Junior, un certain David Rose, sur une belle passe de Xavier Ouellet, le numéro 16. Un nom à retenir ce Ouellet…

1-0 Junior après une.

Rose n’est pas revenu au jeu en deuxième. Je le sais parce qu’en deuxième, Robert, un sympathique détenteur de billet de saison, m’a dit que c’était lui le gars en béquilles assis près de nous derrière le banc du Junior.

2-0 après deux. Louis Leblanc a marqué sur un beau tir en avantage numérique suite à une belle passe sur réception de… Xavier Ouellet.

C’est le moment idéal pour un hot-dog géant pendant l’entracte. 3,50$. Pas si pire. Quand même bon.

Puis, le temps de digérer tout ça, c’est l’avalanche de but en 3e.

Le capitaine, Chouinard, brise les reins déjà fragiles du Moosehead avec un filet en désavantage numérique après avoir bloqué un tir et battu de vitesse une grande perche allemande de 6’5 qui répond au nom d’Albeltshauser.

Puis le jeu devient plus robuste et les esprits s’échauffent.

À un certain moment donné le Tchèque Martin Fkr, qui devrait être repêché dans les premiers en juin 2012 et qui a passé la soirée à tomber sur les nerfs de tout le monde, assène un coup à Louis Leblanc le long de la rampe. Leblanc ne fait ni une, ni deux et poursuit  Fkr au centre de la patinoire puis le darde dans les parties. Les arbitres n’ont rien vu et Fkr retourne péniblement à son banc pendant que Leblanc rit dans sa barbe.

Quelques minutes plus tard le même Leblanc marque encore en avantage numérique sur un très bon tir balayé suite à un autre bel échange.

Les carottes étaient alors collés au fond du chaudron et le Junior allait l’emporter 6-0.

Quelques remarques
Coup de cœur  1 : Les sympathiques serveuses de bière pas chère, l’ambiance en général et mon très friendly voisin, Robert, qui en connaît un brin sur le hockey junior. On a déjà hâte à la prochaine ronde.

Coup de cœur 2 : Xaxier Ouellet. 17 ans seulement. Patineur très fluide sans être le plus rapide. Bon défensivement. Excellent passeur, il fait beaucoup penser à Andrei Markov. Il pourrait sortir à la fin de la 1ere ronde ou en deuxième ronde cet été selon les spécialistes. Une bonne tête sur les épaules en plus.

Un joueur intriguant : Konrad Albeltshauser, la grande perche allemande à la défense du Moosehead. 18 ans, lancer foudroyant, mais aucune explosion sur patin. Choix de 6e ronde des Sharks l’an dernier. À 6’5, 213 lbs, Il peut encore prendre du muscle, surtout dans le bas du corps.

Enfin, Ze Louis Leblanc  watch : Patineur peu orthodoxe, mais possède une « extra gear » en accélération le rendant capable de déborder régulièrement les défenseurs adverses spécialement lorsqu’il est du côté gauche. Il devra cependant parfaire sa technique s’il veut patiner de manière plus efficace.

Très bon lancer, vif et précis. Très impliqué dans le jeu. Un mélange de Lapierre, Higgins (à ces belles années), Patrice Bergeron, Guy Carbonneau et Mike Richards (mais molo sur le Richards). Il était le meilleur attaquant sur la patinoire.

On a hâte de voir ce qu’il fera contre une plus grande opposition en séries et où il se trouve comparativement à des Huberdeau, Bournival et Couturier. Il jouera à Hamilton l’an prochain. Ce sera un autre gros test pour lui. Il devra prendre du muscle s’il veut un jour être efficace dans la LNH.

Mais rien ne presse dans son cas, Gomez est là!

PLUS DE NOUVELLES