« Voyons, Jonathan Drouin a-t-il une clause qui l’empêche de marquer? » – Stéphane Waite

Jonathan Drouin est un attaquant qui possède énormément de talent. Quand on le regarde jouer, on remarque qu’il a des instincts offensifs assez impressionnants qui se manifestent surtout par ses habiletés incroyables de passeur.

Là où ça devient un brin problématique dans le cas du Québécois, c’est qu’il commence à devenir un peu trop unidimensionnel sur la glace. Oui, il est tout un passeur, mais on sent qu’il n’a pas confiance en son tir et que ses mains ne sont plus forcément ce qu’elles ont déjà été. Et comme il n’est pas une présence physique non plus, c’est un autre outil qu’il ne possède malheureusement pas.

Alors que le sujet du jour de la baladodiffusion Sortie de zone était justement Drouin (et la façon dont on doit le relancer), Stéphane Waite a sorti une phrase assez frappante :

On faisait des farces à l’intérieur [de l’équipe]. On disait en joke: voyons, Jo a-t-il une clause qui [l’empêche] de scorer? Des fois, il avait des occasions de marquer incroyables. Mais non, il cherchait à passer. On dirait qu’il se cherche des chums. C’était spécial. – Stéphane Waite

Évidemment, il faut remettre ça en contexte et rappeler qu’il s’agissait d’une blague. Mais encore là, ça a de quoi faire réfléchir.

Je le sais, vous le savez et toute la LNH le sait : si Jonathan Drouin a le disque en zone adverse, son premier réflexe sera de trouver une option de passe. Est-ce une mauvaise chose? Pas forcément, non.

Néanmoins, il faut qu’il puisse avoir recours à son tir plus souvent. Ça fait deux ans que Drouin n’a pas marqué un but en avantage numérique. En ce moment, les équipes ne s’ajustent pas pour défendre son tir étant donné qu’il ne s’en sert jamais. S’il veut retrouver une certaine constance et retirer l’étiquette de « joueur de séquences » qui le suit depuis longtemps, c’est un bon pas dans cette direction.

Je veux bien croire que son tir n’est plus aussi solide qu’avant en raison de ses blessures au poignet, mais il doit quand même l’utiliser du mieux possible. Ça prend des passeurs dans une équipe, certes, mais pas des passeurs unidimensionnels. Et ce n’est pas mieux pour des marqueurs unidimensionnels, d’ailleurs.

Je vous invite à écouter l’intégrale de l’épisode de cette semaine, dans lequel ils parlent également de la situation de Dominique Ducharme (qui n’est pas forcément une menace pour les autres entraîneurs).

PLUS DE NOUVELLES