Viol collectif présumé : Robert Thomas se dissocie du scandale

Visiblement, le scandale relié à Hockey Canada continuera de faire sa place dans l’actualité prochainement. En voici le plus récent développement : Robert Thomas, membre d’ÉCJ en 2018, se dissocie de l’affaire. Il nie publiquement que les accusations le concernent.

Dimanche soir, les avocats des huit joueurs de cette formation accusés d’agression sexuelle sur une jeune femme ont déclaré que ces derniers participeront à l’enquête de la LNH. Le collègue Marc-Olivier Cook en a fait un très bon résumé.

Thomas a publié le message en question sur son compte Twitter, mardi après-midi.

« Je suis au courant des accusations faites contre certains des membres de l’Équipe nationale canadienne junior de hockey 2018 à London, en Ontario, en juin 2018.

Il est important pour moi de partager avec vous ma réponse à ces accusations.

Je n’ai pas été impliqué et je n’ai pas été témoin de l’incident allégué. J’ai hâte de collaborer avec l’enquête de la LNH et avec toute autre enquête si c’est approprié et requis. Je ne ferai pas davantage de commentaires publics pour le moment. »

– Robert Thomas

Dans cette situation, les options d’un joueur sont limitées. D’abord, le seul fait d’avoir fait partie de l’équipe, même s’il y a des chances que le joueur en question ne soit aucunement impliqué dans le présumé scandale, va nécessairement ternir sa réputation.

Si l’un d’entre eux vient dire devant le public qu’il n’a absolument rien à voir avec ce qui s’est produit, il faut que ce soit vrai : mentir sur ce point, dans une affaire qui est autant couverte dans les médias, est une stratégie qui rendra simplement la peine plus dure pour le joueur concerné.

Autrement dit, (et je dis ceci d’un point de vue qui n’est pas légal, c’est simplement de l’analyse), si tu es coupable, tu ne dis rien. Seuls ceux qui n’ont rien à se reprocher peuvent se permettre de prendre la parole.

Car si Robert Thomas ment, par exemple, il serait non seulement un agresseur sexuel, mais quelqu’un qui a prétendu ne pas l’être alors qu’il pouvait choisir de ne tout simplement rien commenter.

Concernant la liste de suspects restants : le centre des Blues de Saint-Louis n’est par ailleurs pas le seul à s’être dissocié de l’affaire.

Ses anciens coéquipiers Conor Timmins, Cale Makar, Victor Mete, Dante Fabro, Jonah Gadjovich, et Cal Foote ont eux aussi tenu à signaler leur innocence dans ce scandale.

À titre indicatif, voici donc les suspects potentiels, si on exclut ceux qui se sont dissociés :

  • Carter Hart
  • Colton Point
  • Jake Bean
  • Kale Clague
  • Drake Batherson
  • Maxime Comtois
  • Dillon Dube
  • Alex Formenton
  • Brett Howden
  • Boris Katchouk
  • Jordan Kyrou
  • Michael McLeod
  • Taylor Raddysh
  • Sam Steel
  • Tyler Steenbergen

Parmi cette liste, on retrouverait huit agresseurs sexuels, et donc huit joueurs qui ne devraient plus jamais de jouer dans la Ligue nationale, en plus de mériter du temps de prison.

en rafale

– Un investisseur montréalais, peut-être?

– Shane Wright, un cadeau pour Seattle?

– Même en rollers!

– Émouvant.

– LeBron, AD et Westbrook veulent continuer à jouer ensemble, malgré les rumeurs.

PLUS DE NOUVELLES