Victor Mete se sent mieux loin de Shea Weber

La pression d’évoluer avec un joueur et un leader de la trempe de Shea Weber est très grande. Weber est intimidant comme joueur et comme individu, donc j’imagine que Victor Mete joue les fesses serrées lorsqu’il se retrouve sur le flanc gauche de celui-ci. Ajoutons à cela que le début ardu du capitaine, qui était sans aucun doute fâché de cette situation, le rendait un tantinet plus intimidant. Donc, une pression supplémentaire que se mettait Mete à produire pour aider son partenaire.

N’oublions pas qu’il doit composer avec les meilleurs adversaires en plus de ça, ce qui rajoute une autre lourdeur sur ses épaules frêles.

Ça me rappelle un peu la situation de Nick Suzuki, qui pensait peut-être trop à produire lorsque Claude Julien le greffait à la 2e combinaison. En plaçant Nick Suzuki sur la 4e unité, avec un mentor de la trempe de Nate Thompson, la pression a certes diminué d’un cran, ce qui lui permet de jouer moins timide. Ce fut la meilleure décision de Claude Julien pour le développement de son jeune numéro 14.

Depuis le 17 octobre, Shea Weber est redevenu lui-même, rien de moins. On parle ici de 11 points en 11 rencontres. Weber joue également avec un nouveau coéquipier, Ben Chariot, et ce duo est épeurant, comme l’a indiqué l’as défenseur du Canadien :

« On est très gros. On est durs à jouer contre ». – Weber

D’un autre côté, Victor Mete peut jouer sans stress, du moins, à mon avis, à la gauche de Jeff Petry. Petry est extraordinaire, mais il n’a pas la prestance de Shea Weber, ce qui peut certes lui permettre d’augmenter sa confiance et de noircir la colonne des buts. Le duo Weber-Chariot s’occupe des gros canons adverses, ce qui laisse plus de créativité offensive pour le duo numéro 2.

Jusqu’ici, le jeune Mete compte trois buts à sa fiche, dont un doublé qui a été inscrit mardi dernier contre les Bruins de Boston. Deux buts alors qu’il jouait avec Jeff Petry… alors je ne crois pas que c’est un hasard. Il joue plus «lousse», et c’est palpable lorsqu’il se présente sur la surface glacée lors d’une présence.

Souhaitons que ça se poursuive ainsi pour le diminutif défenseur gaucher.

PLUS DE NOUVELLES