Un témoignage très touchant de Sonya Sonechka

Dans la nuit du 8 décembre, Jonathan Bernier a publié un texte extrêmement intéressant à propos d’Andrei Markov, qui relatait de ses sentiments face à son départ de Montréal.

Le défenseur avait précisé avoir été victime de manque de respect, une accusation qui n’a laissé personne indifférent.

Ce matin, le journaliste est revenu à la charge en traitant la situation de Markov d’un angle beaucoup plus familial et touchant, abordant la mort de la mère des jumeaux, le nouveau rôle de sa femme ainsi que la famille en général, qui a pris une place très importante dans la vie du #79.

Dans ce papier, Markov a avoué avoir eu des discussions avec d’autres équipes, sans toutefois recevoir d’offre concrète. Les formations l’ayant contactées le voyaient plutôt comme un plan B, alors qu’ils préféraient attendre quelques semaines ou le début du camp d’entraînement.

Ses priorités ayant changé, à 38 ans, Markov a décidé de prendre du recul et de réfléchir à sa situation. Sa décision était claire, nette et précise : la famille allait passer devant tout.

« Ça a été une décision difficile, mais à ce moment, j’ai décidé de faire passer ma famille avant moi. Nous avons choisi ce qui serait le mieux pour les enfants. »

Rejoindre les rangs de la KHL allait rendre la tâche plus facile pour Sonya et ses enfants. Bien honnêtement, il n’y avait pas vraiment d’autre option. La femme du vétéran a confirmé que Markov ne se sentait pas capable d’enfiler un autre uniforme que celui du Canadien, dans la LNH, une preuve de loyauté exceptionnelle.

Elle a aussi confié qu’elle lui avait demandé de se limiter à six équipes, soit celles évoluant à Moscou, Saint-Pétersbourg et Kazan : « Je ne voulais pas qu’on soit trop éloignés des grands centres. Je pensais aux écoles, aux médecins et à tous les services. En plus, nos amis et nos familles ne sont qu’à une heure de vol, à Moscou. »

Souhait que Markov a décidé d’exaucer en se joignant au AK Bars.

Sa mère était également très heureuse de cette nouvelle, elle qui pourra célébrer l’anniversaire de son fils à ses côtés pour une deuxième fois seulement en 16 ans. À 70 ans, l’Amérique du Nord, c’est trop loin. Sonya précise qu’en Russie, les personnes âgées sont physiquement plus vieilles.

Un drame touchant

L’année dernière, la maman de Andrey et Mark, Natalia Streckova, rendait l’âme à la suite d’un cancer.

Quelques mois auparavant, le défenseur du Canadien avait confié que Sonya était un ange tombé du ciel en raison de son implication suite à cette énorme perte.

Celle-ci a avoué qu’elle n’oublierait jamais sa rencontre avec la mère des deux enfants, qui lui avait demandé de bien s’occuper de ses fils.

« Il y avait beaucoup de tristesse. Elle savait que son cancer était incurable. On a parlé. On a jasé longtemps à propos des enfants. C’était important pour moi de l’assurer que je m’occuperais bien de ses enfants. Je voulais qu’elle sache que je me foutais totalement de la vie qu’Andreï avait eue auparavant et qu’on formerait une famille. Avant de mourir, elle a dit à sa mère qu’elle était heureuse que ce soit moi, et non quelqu’un d’autre, qui s’occupe des enfants. Alors, j’essaie de lui faire honneur et d’être une bonne mère pour eux. »

Les deux enfants ne se rappellent pour l’instant pas beaucoup de leur mère, même si Mark, 6 ans, reprend son frère jumeau lorsqu’il appelle Sonya »maman », expliquant que leur mère était ciel et qu’elle était une étoile.

La nouvelle hockey mom suit les deux enfants à l’aréna, alors qu’ils comptent devenir joueurs de hockey, plus tard.

Son plus vieux, Daniil, est un attaquant de 16 ans qui évolue avec le Dynamo, à Moscou.

Il a inscrit 20 points en 27 matchs, chez les moins de 16 ans, l’an dernier.

PLUS DE NOUVELLES