Toute la pression sur le Toronto FC

C’est le « côté sombre » des saisons records, des équipes richissimes bâties pour tout gagner, pour être supérieures à tous.

Malgré un autre championnat canadien, malgré une saison record de 69 points en MLS, si le Toronto FC s’incline pour une deuxième fois en finale de la MLS Cup, il faudra parler d’un échec flagrant. Encore.

C’est peut-être parce que la finale est à Toronto, où parce qu’on est au Canada, mais j’ai l’impression d’avoir entendu parler strictement du Toronto FC toute la semaine. À quel point ils veulent gagner pour la ville, à quel point ils sont prêts, à quel point ils vont tout donner…

Pendant ce temps, les Sounders de Seattle, un titre de la MLS déjà en poche, reviennent à Toronto sans aucune pression, l’esprit libre, sachant pertinemment que tout le monde voit Toronto l’emporter, que « c’est à leur tour ». C’est la journée de Toronto, à Toronto, pour les fans de Toronto.

All about Toronto, donc. Toute cette pression, qu’ils se mettent en partie eux-mêmes, peut autant leur servir de motivation qu’elle pourrait leur nuire considérablement. Par une soirée froide et venteuse comme on annonce à Toronto, la pression pourrait les crisper, les faire hésiter, leur faire perdre cette demi-seconde d’avance et cet abandon complet au système de Greg Vanney qui leur a valu une saison extraordinaire.

Je préfèrerais, et de loin, être dans les souliers des Sounders de Seattle aujourd’hui. Aucune pression, aucune attente, le simple besoin de se présenter sur le terrain et de donner le meilleur de soi-même. Pratiquement tous les joueurs qui seront sur le onze partant des Sounders ont déjà une bague de la MLS Cup.

Est-ce que la pression de gagner, les attentes de toute une ville, poussera le Toronto FC vers les plus hauts sommets, ou est-ce que l’expérience et le calme des Sounders fera la différence?

Un copié-collé de l’an dernier donc, mais seulement en théorie. Rappelons-nous il y a exactement un an, Seattle surfait sur une deuxième moitié de saison incroyable qui leur avait permis de surprendre tout le monde en séries. Toronto était tout simplement trop fort offensivement, ayant marqué à 7 reprises contre New-York City FC et contre l’Impact de Montréal dans leurs deux dernières rondes.

L’histoire est différente cette année. Seattle a survolé une conférence de l’ouest beaucoup plus faible que celle de l’est, ce qui rend relativement complexe l’appréciation de leur parcours. La finale de l’ouest était beaucoup moins serrée et beaucoup moins intense que celle de l’est, et les Sounders s’apercevront assez vite que le niveau est très différent entre le Dynamo de Houston et le Toronto FC.

Deux équipes qui se retrouvent donc, chacune ayant ajouté un Victor important, soit Rodriguez et Vazquez, qui sont chacun devenus des pièces capitales du schéma offensif de leur équipe. Le niveau augmente d’année en année en MLS, et on en a la preuve la plus flagrante quand les deux équipes finalistes ajoutent des éléments à leur alignement partant.

La carte cachée de cette finale, pour moi, se trouve du côté de Seattle. Clint Dempsey, on s’en souvient, avait raté la finale l’an dernier à cause d’un dangereux souffle au coeur. Revenu à plein régime depuis, il est un rouage capital au succès des Sounders. Il peut prendre la relève offensive quand Nicolas Lodeiro n’arrive pas à trouver ses aises, et surtout il est une réelle source d’inspiration pour ses coéquipiers. Son style très nord-américain, grinder même, en fait un élément très différent des autres vedettes qu’on verra en action ce soir. Dans un match intense, sans lendemain, joué près de 0 et avec de forts vents, ce genre de joueur peut définitivement faire la différence.

Vous l’aurez compris, j’ai fortement l’impression que l’absence de pression et la présence d’un Clint Dempsey permettra aux Sounders de Seattle de remporter une deuxième MLS Cup d’affilée.

Toronto FC est puissant, mais il n’a pas le droit à l’erreur et il a déjà démontré quelques signes de faiblesses en séries, notamment dans les derniers instants du match retour face à Colombus, où le Crew aurait très bien pu revenir dans le match.

Altidore, Giovinco et compagnie auront leur lot de chances, et je m’attends à un résultat plus offensif que l’an dernier (0-0), mais j’ai bien l’impression que le trou dans le mur du Toronto FC demeurera vide une année de plus…

Et vous, votre prédiction?

DANS L’ABRI
– N’oubliez pas, Patrice Bernier sera honoré par la MLS pour l’ensemble de sa carrière aujourd’hui tout juste avant la finale. Un mauvais sort pour les Torontois? Bien hâte de voir quel genre d’accueil on lui réservera.

– Je vous disais mercredi qu’Atlanta pousse la MLS à intégrer de plus en plus le modèle d’investissement en vendant des joueurs à profit. Alphonso Davies, vedette canadienne de seulement 17 ans, irait prochainement s’entraîner en Angleterre avec… Manchester United! Excellent pour la MLS, pour les ‘Caps et pour le foot canadien!

– La section 131 n’est plus admission générale, n’en déplaise aux Ultras. Manque de croissance du kop ou simple décision financière pour vendre les billets plus chers en 131? Dommage pour l’ambiance…

– Un petit vote pour l’ex-joueur du FC Montréal Masta Kacher !

Commentez, partagez et suivez-moi sur Facebook et Twitter.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES