Un reporter d’expérience chez NHL Network s’en est pris à Dominique Ducharme

Généralement, par classe, on évite de fesser sur quelqu’un qui se trouve déjà au sol.

On évite aussi de critiquer la « vie » d’une personne décédée dans les dernières heures. D’où l’expression ne pas parler en mal de quelqu’un dont la dépouille est encore chaude. Ou quelque chose du genre…

E.J. Hradek, reporter d’expérience sur le réseau NHL Network (depuis plus de 10 ans), n’a pas attendu longtemps avant de cracher sur Dominique Ducharme mercredi.

Les gens qui ne disent rien contre quelqu’un… et qui s’empressent de le ramasser dès qu’il perd son emploi me rendent toujours dubitatif.

Qu’a dit E.J. Hradek, souvent critiqué dans le passé sur les réseaux sociaux, de Dominique Ducharme après son congédiement?

1. Ducharme a été l’un des pires coachs qu’il a eu la chance de voir évoluer dans la LNH.

2. Il n’avait pas assez de crédibilité pour occuper les fonctions d’entraîneur-chef dans le circuit Bettman. Il n’avait pas de plan, il ne communiquait pas clairement avec ses joueurs, il avait perdu la chambre, il n’était pas exigeant envers ses joueurs et il n’avait pas de présence dans le vestiaire.

Et là où Hradek a franchi totalement la ligne, c’est en indiquant que les joueurs étaient en mesure de reconnaître les phonies (faux).

Hradek ne s’est pas arrêté là. Il a poursuivi en affirmant que Ducharme avait atteint la Finale de la Coupe Stanley parce que ses vétérans avaient pris le contrôle du groupe, mais aussi parce que la division canadienne était faible, que les autres équipes ont eu d’importants blessés et que Mark Scheifele a été suspendu.

Une discussion pas très cordiale s’est ensuite passée devant nos yeux entre Hradek et Frank Seravalli sur Twitter. Seravalli a rappelé que Dominique Ducharme n’était pas parfait, mais qu’il n’était pas un phony guy pour autant. Son parcours le confirme selon Seravalli.

À noter que cet échange de tweets s’est terminé par une petite attaque de Hradek, cette fois à l’endroit de Seravalli.

« En tout respect, ne confonds pas être un bon reporter et comprendre la game qui se joue sur la patinoire. » – E.J. Hradek à l’endroit de Frank Seravalli.

Mon collègue et ancien employé chez DLC Nicolas Cloutier s’est montré particulièrement dégoûté par les propos de Hradek.

Au moins, Hradek a tenu à expliquer le fond de sa pensée hier, après avoir été la cible de plusieurs Internautes, dont plusieurs du milieu. Hradek a tenu à dire qu’il n’aurait pas dû traiter Ducharme de phony… que ce n’était rien de personnel envers l’individu.

Too little, too late, E.J.?

PLUS DE NOUVELLES