Un analyste prédit la valeur du prochain contrat de Tomas Plekanec

Qu’on le veuille ou non, les chances de revoir Tomas Plekanec avec le CH sont plutôt excellentes.

Outre Phillip Danault, Marc Bergevin n’est jamais parvenu à greffer un centre digne du top 9 à son alignement. Rien n’indique que cela changera cet été…

La compétition sera féroce en ce qui concerne la signature de John Tavares et Paul Stastny. Elle le sera même davantage sur le marché des transactions, alors que Ryan O’Reilly semble faire saliver bon nombre de formations.

Bien entendu, ce n’est pas parce l’obtention d’un centre sera difficile que Marc Bergevin abdiquera. Dans le cas où sa quête s’avèrerait un échec, il devra cependant trouver une alternative.

Pour l’instant, la solution alternative la plus réaliste pour le CH est un retour de Tomas Plekanec. Le Tchèque adore Montréal et n’a pas caché devant les lentilles sa ferme intention d’y effectuer un retour. Claude Julien le connait comme le fond de sa poche, et saurait bien à quoi s’en tenir si celui-ci devait effectuer un retour.

Autre avantage : Marc Bergevin n’aurait pas nécessairement à livrer une guerre d’enchères pour rapatrier son vétéran, puisque celui-ci désire par-dessus tout effectuer un retour avec le CH. Matt Cane estime même que Plekanec n’exigera qu’un salaire oscillant en 1,75 et 2,5 millions.

Une entente d’une durée de deux ans avoisinant 2 millions par campagne serait définitivement raisonnable pour un centre toujours apte à museler les trios offensifs adverses…

Il s’agirait tout de même d’une solution de rechange pour une équipe qui nécessite l’acquisition de deux centres du top 6 afin d’aspirer aux grands honneurs. L’état-major devra réfléchir avant de ramener Tomas Plekanec dans le giron de l’équipe. Nikita Scherbak, Michael McCarron ainsi que Jacob De La Rose devront être soumis au ballottage pour être cédés dans la Ligue américaine. En offrant de nouvelles ententes à De La Rose, Danault et Carr, le CH se retrouvera avec 14 attaquants à Montréal.

Dans tous les cas, Marc Bergevin devra vivre avec la possibilité de perdre Michael McCarron ou Daniel Carr au lancement de la prochaine campagne. Même s’il y a matière à réflexion ici, leur perte semble un prix raisonnable à payer pour retrouver le chemin de la victoire.

PLUS DE NOUVELLES