Tom Dundon est plus qu’un connard en chef (selon François Gagnon)

Le 1er juillet dernier, Marc Bergevin a déposé une offre hostile au clan Sebastian Aho, que les Hurricanes n’ont pas tardé à niveler. Un contrat édifié avec de gros bonis lors des deux premières années, où il empochera un total de 22,570 millions de dollars. Une offre bien construite qu’a finalement « approuvée » Tom Dundon. D’ailleurs, celui-ci déteste Marc Bergevin et le Canadien de Montréal depuis cet instant-là. Cet homme d’affaires en veut toujours au Canadien, qui pourtant, ont respecté la CBA en place. Rien n’interdit les offres hostiles à travers le livre des règlements.

Dundon se tient proche de ses joueurs. Il ressemble un peu à un gourou, habillé en survêtement aux couleurs de son club, bien plus qu’à un simple propriétaire « normal ». François Gagnon l’a rencontré, il a discuté avec cet homme particulier et le journaliste a souligné à nouveau son style vestimentaire. En se promenant ainsi, il a davantage l’air d’un gars de la gang, que d’un homme qui tient les guides de la franchise. Par contre, selon Jordan Staal, il est bien le propriétaire puisqu’il fait passer ses messages.

Considérant qu’il était habillé exactement de la même façon lors du dernier repêchage à Vancouver et que c’est très souvent en survêtement aux couleurs de son équipe qu’il s’assoit autour de la table avec les 30 autres propriétaires dans le cadre des réunions des gouverneurs dirigées par Gary Bettman, on ne devrait pourtant plus être surpris par « la manière » Dundon. – François Gagnon

Avant de rencontrer Gagnon, Dundon a indiqué à Haydn Fleury que c’était bien beau cette belle histoire famille, mais qu’il n’y avait rien de plus important que de rafler les honneurs de ce duel (contre le Canadien).

Cela dit, une fois avec Gagnon et le cogne-cogne fait, il s’est livré au sujet de sa vision pour son club et des commentaires à son égard pendant que le dossier Aho était très bouillant. Dundon ne souhaite pas qu’on le perçoive comme un connard en chef, comme le gars que tous les homologues peuvent profiter de lui, c’est ça qui a chatouillé le monsieur lorsque le CH a déposé une offre à Aho.

Je ne peux concevoir qu’une équipe sérieuse comme le Canadien ait pu croire une seconde que je ne me défendrais pas. Cette opération commando venue de Montréal est le seul point négatif avec lequel il a dû composer depuis que je suis propriétaire. – Dundon

Disons que Bergevin et lui ne seront jamais de grands amis…

PLUS DE NOUVELLES