Somme toute, Marc Bergevin pourra se dire mission accomplie (ou presque)

Bon… Le Lightning mène la série 3-0, le Canadien ne semble pas dans le coup. Un miracle devra se produire afin que le CH gagne la Coupe en 2021.

Mais…

Il n’y a pas que du négatif à une telle conclusion.

Premièrement, les Bolts ont toute une machine de hockey. Aucune équipe de la LNH n’aurait été en mesure de les vaincre.

Ce fut un beau parcours, mais il faut se mettre à l’évidence, c’est terminé… Les chances que Montréal bat Tampa Bay quatre fois en autant de matchs sont minces.

Lorsque la troupe de Jon Cooper soulèvera la Coupe Stanley (j’espère sincèrement me tromper), Marc Bergevin pourra se dire mission accomplie (ou presque).

Au début de la saison, il avait de grandes ambitions pour son équipe (et avec raison). Mais au milieu de la saison, les experts ne voyaient plus le Canadien faire un bon bout de chemin en séries. Il a défié ce pronostic finalement et ce beau parcours éliminatoire a profité aux jeunes (et a quelques vétérans, peut-être).

Le DG du Tricolore n’a pas sacrifié le moindre avenir pour se bâtir une équipe compétitive et ça, c’est un travail qui devrait être reconnu aux quatre coins de la LNH.

Au prochain repêchage, Bergevin comptera sur 11 choix, dont huit lors des quatre premières rondes. Vraiment, il mérite amplement sa deuxième place au titre du DG de l’année.

En plus de ces choix au repêchage, il a officiellement remporté l’échange Suzuki-Pacioretty. Le centre montréalais est présentement le huitième meilleur pointeur de la LNH en séries et est peut-être le meilleur centre de 21 ans de la LNH en entier. Il est vraiment impressionnant et même à un si jeune âge, il est responsable dans les deux territoires et il est un jeune homme très mature.

Le Canadien ne gagnera peut-être pas la Coupe en 2021, mais au moins, le parcours que l’équipe a effectué a donné raison au travail exceptionnel qu’a accompli Bergevin au cours des dernières années. Peut-être voudrait-il revoir l’échange Drouin-Sergachev dans son alignement, cependant? Mais bon, de mauvais échanges, ça arrive à n’importe quel directeur général.

En plus de Nick Suzuki, il faut noter l’entrée en scène de Cole Caufield et le succès de Jesperi Kotkaniemi en séries éliminatoires.

Cole Caufield est rapidement devenu un fan-favorite à Montréal et un joueur important à l’équipe. Qui n’a pas encore embarqué dans le bandwagon Cole Caufield? Même ma soeur, qui n’a jamais vraiment aimé le hockey, a commencé à écouter le Canadien à cause du « beau Caufield ».

Bref, que le CH perde en quatre ou en sept, ou bien qu’il gagne la Coupe, Marc Bergevin pourra être très fier de son travail et celui de sa gang. Et contrairement aux équipes championnes et finalistes des dernières saisons, Montréal compte encore sur un bel avenir.

PLUS DE NOUVELLES