SLBAM : Michkov risque de descendre au repêchage, mais il ne faut pas le laisser aller

Je ne m’attendais pas à une grosse chronique, mais finalement, vous avez tous été au rendez-vous encore une fois et maudit que j’adore vous répondre du mieux que je peux.

J’espère que vous avez eu un joyeux Noël de votre côté. Pour ma part, d’être à la maison le 25 et d’ouvrir les cadeaux avec les enfants, ça n’avait pas de prix. L’année dernière, le 25 au matin (heure du Québec), j’étais en plein match à Moscou contre le Dynamo et une fois le tout terminé, j’étais à l’hôtel dans le lobby, sur FaceTime avec ma conjointe et les enfants et je pleurais à les regarder déballer les cadeaux sans moi.

Cette année, j’ai pleuré aussi mais, car je pouvais les serrer dans mes bras et car notre famille était avec nous. Voici d’ailleurs la photo que j’avais prise lors du 25 décembre l’année dernière.

**Mise à jour à 14:30 aujourd’hui. J’ai demandé à mon petit gars quel était son cadeau qu’il était le plus content cette année à Noël, sachant très bien qu’ils en ont reçu beaucoup trop. Sa réponse m’a estomaqué. Il m’a répondu. Mon cadeau que j’aime le plus n’est pas un cadeau qui était emballé. Mon cadeau que j’aime le plus c’est toi papa, car tu étais avec nous pour les cadeaux. Vous comprenez les sacrifices parfois et mon petit gars, le plus jeune des 4 enfants a 5 ans.**

(Crédit: )Mitch Giguere

Maintenant, allons dans le vif du sujet, mais avant tout, je veux en profiter pour vous souhaiter une belle année. SVP, profitez de votre vie, n’attendez pas, prenez surtout soin de vous pour justement en profiter davantage.

Faites attention à vous et aux autres.

J’adore parler avec Tony, il a le tour de rendre les invités à l’aise immédiatement et il a la twist pour bien interagir avec toi.

J’ai eu la chance cette semaine d’être le dernier chroniqueur pour The Sick Podcast de la saison 2022. Nous étions censés aborder seulement l’avantage numérique du Canadien de Montréal et j’explique pourquoi il ne va pas bien en détails avec statistique et autres à la quarantième minute.

Sinon, la question que j’ai posée à Tony était, si on ne reconstruit pas avec l’équipe présentement, qui serait encore avec le CH dans trois ans? Ouf. Vous en pensez quoi?

Matvei Michkov, quel grand questionnement face au prochain repêchage de la LNH! Même moi, je ne sais pas trop quel serait mon plan avec ce joueur si j’avais un choix top-10. Il était vu comme la prochaine vedette il n’y a pas si longtemps et par la suite, qui allait sortir le premier entre lui et Bedard. Puis, nous avons eu Fantilli qui a dit qu’il allait être numéro 1. Pour Fantilli, on y reviendra plus tard au pire.

Il est clair, net et très précis que Bedard sera le premier choix lors du prochain encan à Nashville. Maintenant, où sortira Michkov? Je crois qu’il risque de glisser beaucoup plus qu’on peut le penser. Même qu’il serait facile de le voir être exclu du top 10, voire même du top 15. Pour l’instant, je ne l’ai pas vu jouer cette saison puisque je ne regarde pratiquement plus la KHL cette saison malheureusement.

À regarder les stats et de ce que j’entends (ancien joueur qui joue avec lui). Il semble être un edge derrière ce qu’il était. En jouant à Sochi, qui a changé d’entraineur cette saison déja, il n’est pas dans une position gagnante non plus. Mais il veut faire la différence et veut avoir la rondelle.

Pour répondre à ta première question, présentement, non je ne le prends pas top 10. Avant la saison oui, présentement non. Je crois que le top 10 présentement est supérieur à lui. Dans le sens que si tu prends un Benson par exemple, il est déjà établi en Amérique du Nord, tu peux le voir et tu sais qu’il voudra venir jouer pour toi sans avoir de problème de Visa ou autre. Michkov, lui, toujours sous contrat jusqu’en 24-25, tu ne sais pas quand il sera libéré et s’il pourra venir.

Pour ta 2e question, s’il est libre en 2e ronde, c’est un « no-brainer » de le prendre rendu là. Même que s’il est libre après le 15e choix, je le prends sans aucune hésitation et voici pourquoi je le prends après le 15e rang. Nous avons beau dire que le repêchage cette année est incroyable, après le top 10, le calibre diminue, mais surtout, personne ne sait quel joueur sera bon. La preuve, on retrouve des joueurs de concession en 4-5-6-7e ronde.

Le repêchage reste une loterie et non une science exacte. Pourquoi je le prends après le 15e rang, malgré ne pas savoir s’il viendra ou autre? En dessous, un petit graphique que j’ai fait pour t’expliquer le pourquoi. J’ai sorti les repêchages de 2010 à 2017. J’ai pris les joueurs à repêcher entre le 15e rang et le 60e rang (fin de la 2e ronde). Par la suite, j’ai regardé combien de joueurs avaient joué 240 parties et moins (donc même pas 3 saisons complètes de 82 matchs). Donc, nous parlons de 45 joueurs qui sont repêchés entre le 15e et 60e rang.

Comme tu peux voir, il y a une moyenne de 28.75 joueurs qui ont joué 240 parties et moins dans la LNH. En pourcentage, on parle de 63.88 % des joueurs repêchés qui risquent de jouer moins de 240 parties. À partir de ce moment-là. J’aime mieux prendre une chance et frapper un coup de circuit avec Mitchov, que non. Oui, il y a eu d’excellents joueurs qui sont sortis dans ces rangs-là, des top guns, mais reste que les dirigeants ne pensaient pas qu’ils allaient devenir bon sans en être certains à 100%, tout comme Michkov.

(Crédit: Mitch Giguere)

Il n’y a rien de comparable à l’échec avant, grit et physique dans la KHL comparé à la LNH ou la LAH. Lorsque j’étais en KHL, la seule équipe qui en avait, c’était l’équipe à Bob Hartley, mais au-delà de cela, elle avait du talent et était très bien coachée, chose qui fait la grosse différence dans la KHL.

Le CSKA a gagné 2 des 3 dernières coupes et ils ont juste plus de talent que les autres équipes, mais non pas de grit et ça ne passerait pas en Amérique du Nord non plus.

Il suffit de regarder quelque match pour comprendre que le style est légèrement différent vu la grandeur des patinoires (pour certaines équipes) et que c’est du beau hockey. J’aimerais voir le jour ou la LNH passerait de 26 à 28m pour les patinoires.

Pour les autres ligues, je te dirais que c’est pas mal semblable. J’ai parlé dans une de mes dernières chroniques de la SHL et à quel point les joueurs sont tous de bons patineurs, ce qui fait que les gens contiennent un peu plus que d’être très agressif.

Un 2 pour 1, j’aime, même que j’adore. Je peux y répondre facilement et je parle seulement de moi et personne d’autre.

Je ne sais pas ce que Slafkovsky va devenir, je l’ai aimé en Europe, mais il doit s’adapter à la game d’ici, mais il doit aussi maturer, et arrêter de jouer comme un gars junior et jouer comme un adulte.

Pour répondre directement à la question. Je n’échange pas du tout Slafkovsky pour Lafrenière et pour l’autre question, je ne donnerais pas vraiment rien pour aller le chercher. Si nous pouvons inclure un Harris, j’y penserais, sinon non. Malheureusement avec les NYR, il ne semble pas avoir de grosse progression (tout comme les autres espoirs et jeunes joueurs) et je ne sais pas à quel point il était arrivé prêt dans la LNH. Je ne dis pas que c’est le cas pour lui, je veux préciser cela. Mais il n’est pas rare de voir des jeunes qui ont eu du succès au niveau junior.

Le fait d’arriver l’été avant leur année dans la LNH et changer un peu leur habitude, sur et hors glace, se la couler plus douce et tourner les coins ronds en plus de prendre parfois de mauvaise décision. Il n’est aucunement ce qu’on pensait qu’il allait devenir, mais le marché de Montréal ne l’aiderait pas du tout à exploser, même s’il est Québécois.

Difficile d’y répondre directement dans le sens que par exemple, cet année, Bedard a consolidé la position de numéro un facilement face à Fantilli. Même chose dans le temps entre Lafrenière et Byfield.

Àl’inverse, on parle à quel point Fantilli et Byfield avaient eu de la misère lors du tournoi, mais qu’au final, ils sont sortis 2e ou, devrait sortir 2e quand même.

Ce que j’aime du championnat junior est surtout de voir les autres pays, pouvoir comparer des joueurs qui jouent dans différente ligue jouer contre les meilleurs. Eux risque de gagner ou perdre des points plus que le top 5-10 par exemple. Le tournoi est très important pour valider la liste, valider les critères qu’on avait déjà trouvés chez les joueurs.

Pour ma part, je ne vois pas cela comme une tendance dans le sens que je le vois depuis très longtemps.

Même que, en séries éliminatoires lorsque j’étais entraineur adjoint avec les Cantonniers de Magog contre Québec, nous avions fait du pre-scout et on avait compté 2 buts de cette façon en avantage numérique. Une fois avec une passe sur le revers et l’autre, entre les jambes.

En KHL et en Europe, on le voit régulièrement. Ce n’est pas une tendance, mais plutôt une prise de décision vu que les équipes s’ajustent à ce qui se passe. Maintenant, les joueurs ont 2 options de passe, ce qui rend plus difficile à défendre pour l’adversaire.

L’autre réalité aussi est que ce n’est pas tous les joueurs qui sont capables de le faire mais surtout, ça prend un excellent positionnement du joueur qui va faire la passe. Mais il est évident qu’en voyant cela au championnat junior. Plusieurs équipes de hockey mineures ou juniors vont commencer à l’essayer. De mémoire, nous avons quelques buts comme cela en 2 ans avec Torpedo.

J’en parle ici dans mon article de la semaine dernière. J’adore l’idée d’Askarov dans le sens que tu irais chercher de l’acquis (joueur qui a déjà du niveau professionnel dans le bagage).

Il n’est jamais trop tard pour congédier un entraîneur, mais je ne crois pas que Bob accepterait, quoiqu’il est déjà dans ce coin-là de mémoire. La question devrait plutôt être, est-ce que Paul Maurice est le problème, ou le manque d’identité et les changements apportés sont le problème en Floride?

Bobrovksy a une moyenne de 3.23 et un pourcentage d’arrêt de .897, ça n’aide pas à gagner des matchs. Est-ce que le Canadien gagne avec Allen dans les buts cette saison? Et pourtant, il a un pourcentage d’arrêt de .900. Alors nous avons trouvé un problème. Ensuite, quel est l’impact de la perte de Huberdeau en Florida, auprès des joueurs et de l’organisation?

Huberdeau était quand même vu comme le bras droit de Barkov et le 2e capitaine de l’équipe, en plus de bien représenter l’organisation et de vouloir y rester à long terme. L’année dernière en saison, leur style de jeu était atroce, voire catastrophique. Oui, ils gagnaient et comptaient énormément de buts, j’étais le premier à aimer cela. Par contre, une fois en séries éliminatoires, merci bonsoir, ils n’ont fait que passer.

Paul Maurice tente de fixer ceci et malheureusement, ça prend du temps. Est-ce que Paul est le bon coach? J’ai eu la chance de jaser à quelques reprises avec Paul lorsque j’étais à Winnipeg et souvent à son adjoint Jamie Kompon. Il forme un excellent duo et le message ne peut pas être plus clair et plus rassembleur.

Par contre, Maurice n’a rien gagné encore dans la LNH malgré le nombre d’années qu’il y est. Pour ma part, je terminerais la saison, lui donnerait une 2e saison et s’il n’y a pas d’amélioration en termes de progression d’équipe, je me pose de sérieuses questions pour le coaching staff, mais pour les joueurs aussi.

Sur ce, je vous souhaite encore une fois une bonne année. Merci de prendre le temps de venir me poser des questions. Go Canada Go et Go Bedard. Ne soyez pas gênés de venir me poser des questions sur tout au @Mitch_Giguere.

PLUS DE NOUVELLES