Simon Després pourrait être le Éric Gélinas de cette année

Simon Després est déjà tanné de la KHL et il est prêt à tout pour revenir au sein du Rocket de Laval. Ce n’est pas une chose impossible de devenir un deuxième Éric Gélinas. Le Québécois ne s’en est pas caché lorsqu’il a dialogué avec Jean-François Tremblay.

Després a déjà pensé à tout lâcher, mais il s’est finalement dirigé vers la KHL afin de se changer les idées et se remettre sur pied. Maintenant, son souhait est de réintégrer les grands, même s’il doit passer par la Ligue américaine afin de le réaliser. Il veut qu’une formation lui donne un essai, comme la chance qu’a eue Gélinas l’automne dernier. Pour un petit garçonnet de Laval, disons que l’organisation du Canadien/Rocket trône au sommet de sa liste. Avec le Bratislava Sloven, une équipe slovaque qui évolue au sein de la KHL, il a joué 44 joutes et il a obtenu 11 points. Son jeu physique a toutefois été la principale chose dont parlaient les gens et les journalistes collés à la KHL.

J’ai 26 ans et je peux choisir où je veux aller. Ça n’a pas de prix. Je viens de Laval, vous pouvez imaginer où je veux aller. – Després

Le défenseur ne s’en cache pas, ces démons, comme boire de la bière jusqu’aux petites heures de la nuit, ont certes ralenti sa carrière. Le pas de recul était de traverser l’océan, où il semble avoir vaincu ses démons au lieu de danser avec eux. Avec l’aide de son agent et ses proches, il a modifié sa nutrition et ses habitudes de vies, donc ce qui lui restait à faire était de bien guérir l’effet de ces deux dernières commotions au sein de la LNH. En faisant des arts martiaux, il croit que ça l’aide à recevoir moins de coups salauds. Puis, évidemment, il se mettra moins dans de positions vulnérables.

Bref, le hockey plus sexy de la KHL l’a changé comme joueur, selon ses propres dires, ce qui lui ajoute un autre outil dans son coffre. Cela dit, c’est fait, le message au Canadien de Montréal est passé.

PLUS DE NOUVELLES