« Si ce n’était pas Carey Price, il serait dans la AHL » – Ray Ferraro

C’est un petit vent d’optimisme qui souffle sur Montréal, avant la partie face au Wild, jeudi soir. Le Canadien vient de gagner 3 de ses 4 derniers matchs, en marquant 18 buts durant ces 4 joutes. Néanmoins, la défense en a encore encaissé 12 pendant cette séquence, et cela reste un problème pour l’équipe.

Claude Julien a beau envoyer Montoya ou Price dans la mêlée, la défensive du club continue encore à prendre un nombre de buts assez conséquent. Les arrières du club trouvent encore une façon de déjouer leur propre gardien, que cela soit Alzner à Ottawa, Plekanec contre les Rangers, ou encore Shea Weber face aux Sharks. Ils doivent trouver un moyen de mieux se placer devant leur cerbère.

Sans lui, le Canadien n’a aucune chance de se qualifier pour les séries.

Bref, j’écoutais le passage de Ray Ferraro à TSN 690, qui date d’hier après-midi. Il a parlé de choses assez intéressantes et une partie de son intervention a particulièrement piqué mon intérêt. Il est revenu sur la situation devant le filet du Canadien, et par conséquent, de Carey Price. Il a dit – avec raison – que les chiffres que le #31 présente ne sont tout simplement pas du niveau de la LNH. Il a rajouté que si ce n’était pas Price, il serait renvoyé dans la AHL. En même temps, avec une moyenne de 3.64 et une efficacité de .883%, on ne va pas se cacher qu’il nous a déjà habitués à mieux.

En espérant qu’il retrouve ses repères : Price doit être en grande forme, sans quoi les chances du Canadien de faire les séries seront très faibles (déjà qu’elles ne sont pas très hautes). Les joueurs du Tricolore ont toujours eu cette habitude de ne pas avoir à se soucier de leur gardien : ils savaient que s’ils faisaient une erreur, Price allait la rattraper. Malheureusement, il ne le fait plus en ce moment et cela rajoute forcément une pression supplémentaire aux patineurs.

PLUS DE NOUVELLES