Entrer en séries en confiance : Mythe ou réalité?

Peu importe qui aura la plus grande constance tout au long de la saison, c’est l’équipe qui entrera en séries en confiance, sur une bonne lancée, à son peak, qui aura les meilleures chances de repartir avec la coupe.

C’est une phrase qu’on entend souvent en MLS, et même à Montréal. Cela permet évidemment de continuer à rêver et à appuyer son équipe avec l’espoir d’un avenir meilleur malgré un début de saison moyen, mais cela sied surtout bien à une équipe émotive, réactive, comme peut l’être l’Impact de Montréal.

Là où on peut y voir une façon de conserver l’espoir à Montréal, on peut y déceler une règle générale applicable à la MLS. Peu importe le nombre de points récoltés ou le pourcentage de victoires durant une saison qui s’échelonne du mois de mars au mois d’octobre, c’est l’équipe qui trouve finalement sa confiance dans les deux derniers mois de la saison qui s’avère la plus dangereuse en séries.

L’Impact nous l’a démontré l’an dernier en se faufilant en séries avant de vaincre tour à tour DC United et les Red Bulls de New York, tous plus dominants et constants en saison régulière. Le Crew de Colombus est en train de le confirmer en ayant éliminé Atlanta United FC en barrage et en vainquant le New York City FC, modèle de régularité en 2017, 4 à 1 au match aller.


Tous ou presque le disent lorsqu’ils débarquent de ce côté de l’Atlantique, la MLS joue un foot de qualité, mais un foot fondamentalement différent. Ça se voit d’abord sur le terrain, avec un jeu physique, direct, moins technique et surtout moins stratégique qu’en Europe, mais également de par ses règles et ses façons de faire. Ça peut ouvrir la porte à des équipes moins constantes, irrégulières, mais qui atteignent leur pleine forme au bon moment et se débarrassent d’équipes plus complètes, voire plus talentueuses.

Qui aurait cru que le Crew de Colombus, un rival de l’Impact et des Red Bulls jusqu’à tard en saison pour se qualifier en séries, sortirait vainqueur d’Atlanta et NYCFC en l’espace de quelques jours ? Le fait qu’ils sont invaincus depuis le début du mois d’Août aurait dû nous mettre la puce à l’oreille, mais on avait encore trop fraîchement en mémoire les matchs endormants du début de saison, les erreurs coûteuses du pourtant joueur désigné Jonathan Mensah et les jambes un peu lourdes de Federico Higuain en début d’année.

Mais hier soir, même s’ils ont profité d’un carton rouge un peu sévère décerné aux New-Yorkais, le Crew a servi une véritable leçon à la troupe de Patrick Vieira, frappant dès la 6e minute du match et demeurant ensuite concentré tant sur le contre que sur la défense pour limiter les occasions adverses. C’était un superbe match, rempli de petits bijoux, comme ce magnifique but d’Harrison Afful.

Le Crew peak au bon moment, donc, et il en voit sa saison s’allonger. Est-ce réellement une « stratégie » qui devrait être poursuivie en MLS? Oui, tenter de bien faire en saison afin de fidéliser les partisans et se créer un bon « fond de jeu », mais sans oublier qu’il te faut absolument une manière de jouer et un coaching staff qui peut te permettre d’être au top au meilleur moment?

La question est intéressante, surtout considérant l’état actuel d’un Impact de Montréal qui se cherche un nouvel entraîneur et, par le fait même, une nouvelle culture, un nouveau style de jeu. On ne sait trop ce qui arrive du plan quinquennal de Joey Saputo qui visait à remporter la MLS Cup. Est-il parti aux vidanges avec Mauro Biello? Est-il toujours d’actualité?

Si c’est encore le cas, j’ose croire que Joey Saputo tient compte de cette donnée dans le choix d’un nouvel entraîneur. S’il veut la MLS Cup, il faut un entraîneur qui saura faire progresser son équipe au fil de la saison, la faire gagner en confiance, et surtout qui saura à quel moment et de quelle manière aller chercher le meilleur de ses joueurs sur le terrain, notamment via l’émotion, l’inspiration.

Joey devrait prendre cette donnée en compte en choisissant son nouvel entraîneur.

Car c’est ce qui se dégage de ce Crew de Colombus qui luttait non seulement pour sa participation en séries, mais aussi et surtout contre des rumeurs de déménagement qui s’intensifient. Mauro Biello était capable d’être émotif, on l’a vu cette saison à Philadelphie alors qu’il a pété un câble à la mi-temps, réveillant une équipe endormie et la poussant à revenir de l’arrière de 3 buts pour créer l’égalité. Le problème, c’est qu’il y avait à peine 10 matchs de jouer à ce moment. Si ton équipe a besoin de ça pour « jouer » en tout début de la saison, il y a un problème plus profond…

Évidemment, Joey Saputo a surtout mis l’emphase sur un entraîneur axé sur le développement des joueurs, sur l’instauration d’un système de jeu, mais force est d’admettre que si l’objectif de la MLS Cup est toujours d’actualité, il faudra prendre cette réalité en compte.

Allez Joey, arrête de nous faire attendre, on veut plus d’indices sur le prochain entraîneur !

DANS L’ABRI
– Ça augure mal pour ma prédiction des champions de la MLS Cup. Si le match nul de 0-0 à Houston est acceptable, les Timbers ont surtout perdu Diego Chara et possiblement Darlington Nagbe sur blessure lors de ce premier match… Ça pourrait faire mal pour la suite. De toute manière, même si je conserve mes positions, ce serait une surprise de voir une équipe de l’Ouest sortir avec le trophée. Autant par la qualité du jeu démontré que par la simple qualité des matchs, qui ont été bien plus savoureux à Colombus et New York qu’à Houston et Vancouver.

– La bonne forme de Colombus peut également servir/s’expliquer par le mouvement #SaveTheCrew, qui était tout en voix hier dans l’Ohio.

Ça fait du bien à voir, et ça ajoute du poids au message lorsqu’on réalise que les gradins étaient dégarnis même en séries à Chicago, New York, Houston… #Triste

– Après la nomination du nouvel entraîneur, on pourrait s’attendre à une vente de feu de ce type à Montréal… Un de ces joueurs vous intéresse?

– Justement, à propos de ce nouvel entraîneur, je vous laisse ici mon opinion au niveau de l’importance de sa capacité à parler français…
– C’est le temps des notes annuelles de chaque joueur de l’Impact pour la dernière saison, un classique du Kan Football Club. Rendez-vous sur leur page Facebook pour donner vos impressions, vos notes, et vos commentaires les plus virulents!! Psst, on peut même voter pour Richard Legendre…Ne manquez pas, vendredi et dimanche, les matchs retour des demi-finales d’association, avant une longue pause internationale en plein milieu des séries. #ClassiqueMLS

Commentez, partagez, et suivez-moi sur Twitter et Facebook.

ALLONS!

 

PLUS DE NOUVELLES