Shane Wright ne veut pas retourner dans le junior

Shane Wright ne connaît pas les débuts escomptés dans la LNH jusqu’à maintenant.

Le quatrième choix au total du dernier repêchage n’a récolté qu’un point en six matchs et a été laissé de côté à six reprises depuis le début de la saison. Ce n’est pas de cette façon-là qu’il va se développer comme il le faut, et le Kraken en est conscient.

C’est pour cette raison que la possibilité de le renvoyer dans la OHL a été soulevée dans les derniers jours. Tant qu’à ne pas le faire jouer en haut, aussi bien l’envoyer dans le junior pour qu’il domine et qu’il puisse poursuivre son apprentissage, non?

Or, cette idée-là ne plaît pas nécessairement au principal intéressé. Lui, ce qu’il veut, c’est de rester avec les grands, même s’il ne goûte pas à beaucoup d’action depuis ses débuts dans la grande ligue.

Évidemment, je veux être ici à long terme. C’est définitivement le seul objectif et là où je veux être, et je pense que je peux être ici. Je pense que je peux m’améliorer, prouver aux entraîneurs, prouver à mes coéquipiers, que j’ai ma place ici. – Shane Wright 

Si c’est ce que le Kraken veut, toutefois, c’est le scénario qui va se produire. Ce n’est pas Wright qui a le contrôle de la décision, au final.

Or, on semble adhérer à l’idée de le garder avec l’équipe du côté de la direction à Seattle. Les chances de le voir être rétrogradé sont minces, tel que l’a indiqué Darren Dreger dans les derniers jours.

Il y aurait une possibilité, par contre, de le voir jouer quelques matchs dans la Ligue américaine cette année. Il y a plusieurs contraintes qui se rattachent à cette éventualité-là, par contre.

Wright pourrait être prêté au club-école du Kraken s’il est laissé de côté cinq matchs de suite par son entraîneur. Or, il ne pourra qu’être prêté une seule fois lors de la saison et peut rester jusqu’à un maximum de 14 jours en bas, tel qu’on le lit dans le tweet ci-haut.

Ce qui est intéressant, c’est de voir qu’il y a des chances que le Kraken l’envoie au Championnat mondial junior. On sait que ce ne sont pas toutes les formations qui sont prêtes à prendre ce risque-là, mais il pourrait s’agir d’une belle expérience pour le jeune.

Surtout en considérant le fait que la formation canadienne, menée par Connor Bedard et Adam Fantilli, risque d’être très excitante lors du prochain tournoi.

En rafale

– Ça se dessine tranquillement pas vite pour la Force.

– Le concept est vraiment cool.

– Ah oui?

– Ils en ont besoin.

– Des nouvelles dans le monde de la… gymnastique!

PLUS DE NOUVELLES