Seuls trois joueurs qui sont avec le Canadien présentement ont un différentiel positif

La saison de misère du Canadien tire finalement à sa fin. C’est ce soir que le Tricolore mettra un terme à sa saison 2021-2022 qui a été un véritable cauchemar. Quand on regarde les statistiques, on se rend bien vite compte de qu’est-ce qui n’a pas fonctionné chez le CH. Un bon exemple : le différentiel.

Seulement trois joueurs qui ont joué pour le Canadien cette saison et qui sont disponibles pour le match de ce soir ont présentement un différentiel neutre ou positif. Il s’agit de Mathieu Perreault, de William Lagesson et du jeune Jordan Harris. Et aucun d’eux n’a joué plus de 25 rencontres cette saison…

Parmi les réguliers qui ont joué plus de 60 parties, c’est Jake Evans et Alexander Romanov qui sont les moins pires dans cette catégorie avec de solides -7 et -13 respectivement. Avec tous les déboires défensifs et tous les gardiens qui se sont succédé devant la cage du Tricolore, on peut parler d’une réussite dans leur cas.

Évidemment, comme toutes les statistiques, il faut prendre le différentiel avec un grain de sel. Le meilleur exemple de cela est le fait que Nick Suzuki est celui qui a le pire de toute l’équipe avec un énorme -33. Est-ce que ça veut dire qu’il ne sait pas jouer défensivement?

Absolument pas.

Il jouait beaucoup de minutes, était parfois confronté au meilleur trio adverse et est le seul joueur de l’équipe qui a joué tous les matchs cette saison, y compris ceux pour lesquels le Tricolore avait un alignement de Ligue américaine.

Là où il est intéressant d’utiliser le différentiel, c’est pour les tendances, et encore plus les tendances d’équipes. Et lorsque le joueur qui a le meilleur différentiel d’une équipe est Sami Niku, qui a récolté un différentiel de 3 en treize matchs cette saison, on peut comprendre que quelque chose a fait défaut.

En rafale

– Une grande carrière.

– J’ai hâte.

– Un grand qui part à la retraite.

– Comment ne pas l’aimer?

– Bonne nouvelle.

 

PLUS DE NOUVELLES