Roman Josi a vanté Shea Weber en recevant son trophée Norris

Leon Draisaitl (Hart et Ted-Lindsay), Connor Hellebuyck (Vézina), Cale Makar (Calder) et Roman Josi (Norris) ont tous remporté de beaux honneurs hier soir. Rappelons-nous que ces trophées récompensent le jeu en saison régulière et que les séries éliminatoires ne sont pas prises en considération.

Est-ce que Hellebuyck méritait vraiment le trophée Vézina? Il a complété le calendrier régulier avec la 16e meilleure moyenne de buts alloués et le 9e meilleur pourcentage d’efficacité dans la LNH (chez les gardiens ayant disputé au moins dix matchs).

Puisque seul Carey Price a joué plus de minutes que lui et qu’il a su amener les Jets en séries malgré une formation amoindrie, je peux comprendre sa consécration.

Cale Makar? C’était Quinn Hughes ou lui. Et ce sont deux incroyables défenseurs. Je suis OK avec cette décision. J’aurais probablement pris la même.

Leon Draisaitl? Il a été tout simplement exceptionnel, récoltant 13 points de plus que le deuxième meilleur pointeur de la LNH. Ce n’est pas parce qu’Éric Fichaud n’est pas d’accord avec ce choix que l’on va s’enfarger longtemps…

Quant à Roman Josi, il a mis la main sur son premier trophée Norris, succédant à Mark Giordano. C’était Josi ou John Carlson…

L’aspect plus complet du jeu de Josi a joué en sa faveur, alors que la deuxième moitié de saison de John Carlson lui a probablement coûté cet honneur.

Le défenseur des Predators a eu quelques mots pour Shea Weber après avoir appris qu’il avait été sacré meilleur défenseur de la LNH en 2019-20.

« Regarder Shea Weber s’entraîner et jouer chaque jour aide beaucoup pour la progression d’un jeune. En plus, j’ai eu la chance de jouer à ses côtés. J’ai appris beaucoup. Il mériterait tellement de gagner un trophée Norris. » – Roman Josi (propos rapporté par Jonathan Bernier du Journal de Montréal

Josi n’était pas obligé de donner du love gratuit comme ça à Shea Weber.

Weber a quitté Nashville il y a plus de quatre ans. Il est devenu le capitaine du Canadien.

Mais Josi n’a pas oublié les cinq (premières de sa carrière) saisons qu’il a passées dans le même vestiaire que Shea Weber… et à ses côtés sur la patinoire.

C’est ça, Shea Weber… un gars qui apporte beaucoup lors matchs, mais aussi dans un vestiaire et lors des entraînements. Roman Josi était en train de nous dire hier soir que sans Shea Weber pour lui montrer la voie et l’accompagner, il n’aurait peut-être jamais remporté ce trophée Norris en 2020.

Il n’a pas distribué de mention spéciale à P.K. Subban, qui a été échangé par les Predators l’an dernier, en retour de pas grand chose. Désolé si cette dernière phrase vous a dérangé, mais c’est la pure et simple vérité.

À noter que Josi avait toutefois tenu de bons mots à l’endroit de Subban après son échange au New Jersey.

Vous pouvez être certains que dans 5, 10 ou 15 ans, d’anciens joueurs du CH continueront de vanter l’impact que Shea Weber aura eu sur leur carrière. Ben Chiarot, Victor Mete, Alexander Romanov… ils auront tous été façonnés de façon positive suite à leur expérience avec Shea Weber.

Maintenant, il faut tout faire pour gagner avant que Weber ne puisse plus suivre la cadence et qu’il pense à se retirer.

PLUS DE NOUVELLES