Reconstruction : Geoff Molson aurait aimé être plus transparent

Il faut dire que dans les dernières années, l’organisation du Canadien de Montréal n’a pas toujours été transparente avec les journalistes et avec ses partisans. Il y a quelques exemples concrets qui peuvent défendre cette affirmation (le dossier Carey Price en est un bon).

On peut aussi penser à la situation de l’équipe au terme de la saison 2016-2017. On se rappelle que le CH avait été éliminé en première ronde des séries éliminatoires face aux Rangers de New York…

Et que par la suite, le club est passé par une « genre » de reconstruction. À l’époque, on avait toutefois peur d’utiliser ce terme-là du côté de la direction de l’équipe. Pourquoi?

Parce qu’on ne voulait pas dire ouvertement que la formation n’allait pas être bonne l’instant de quelques années. On ne voulait pas que les partisans abandonnent l’équipe, autrement dit.

Geoff Molson s’en souvient très bien, d’ailleurs. De passage au podcast de Chris Nilan (Raw Knuckles), le propriétaire de l’équipe a avoué qu’il aurait aimé être plus transparent dans le processus de la reconstruction :

C’est intéressant, mais…

C’est spécial en même temps. Je dis ça parce que la semaine dernière, Samuel Montembeault s’est fait prendre la main dans le sac en affirmant ouvertement à l’émission de Jean-Charles Lajoie (TVA Sports) que la direction a dit aux joueurs l’année dernière que le Canadien s’enlignait vers une reconstruction.

Le hic? Ce message-là, au final, n’a jamais été véhiculé aux partisans.

Lorsqu’il a été présenté aux médias francophones suite à son embauche à titre de DG, Kent Hughes a préféré parler de « construction d’une équipe compétitive pour les années à venir » plutôt que de reconstruction pour le Canadien de Montréal.

Vous comprenez la nuance? C’est un brin intriguant de voir Samuel Montembeault affirmer le contraire…

Et présentement, on le sait tous que le Canadien est en reconstruction. Il n’y a pas de secret à ce niveau-là, et il ne devrait pas y en avoir non plus. C’est clair comme de l’eau de roche…

Alors pourquoi on ne le dit pas à voix haute? 

Visiblement, on « essaie » de faire les choses comme il le faut, mais il semble encore y avoir embûches quant à la transparence des messages. C’est peut-être à ce niveau-là que l’arrivée de Chantal Machabée doit aider à faire changer les choses.

En rafale

– Et c’est mérité. Il performe bien depuis son rappel.

– Encore de bons mots à l’endroit de Joshua Roy.

– Les étoiles de la semaine dans la LNH.

– Ce dossier n’a pas fini de faire jaser.

– Jim Rutherford est déçu du travail qu’il a accompli jusqu’à maintenant à Vancouver.

PLUS DE NOUVELLES