Qu’est-ce que le Canadien peut espérer obtenir en Shane Wright?

Après une saison extrêmement difficile, le Canadien a finalement eu un break ce soir, alors qu’il a remporté la loterie du repêchage, obtenant du même coup le tout premier choix au prochain encan amateur (qui, rappelons-le, aura lieu à Montréal les 7 et 8 juillet prochains).

Maintenant que le CH est fixé sur son choix, on peut désormais se concentrer sur les joueurs qui pourraient être repêchés avec ce choix. Et quand on pense à cette liste, il y a sans contredit un nom qui prend de la place : celui de Shane Wright.

Bien des choses ont été dites au sujet du jeune attaquant, mais concrètement, qu’est-ce que le CH peut espérer obtenir s’il sélectionne Wright?

Commençons par la base : Shane Wright est un jeune centre de 18 ans qui évolue actuellement pour les Frontenacs de Kingston dans la OHL. Selon HockeyDB, il mesure six pieds et un pouce et il pèse 185 livres.

Il avait de grosses responsabilités avec Équipe Canada Junior cette année.
(Crédit: Twitter/capture d’écran)

Wright a entamé sa carrière junior avec le statut de joueur exceptionnel, ce qui signifie qu’il a disputé sa première saison à l’âge de 15 ans plutôt que 16 ans. Cependant, il n’a pas joué en 2020-21 en raison de la COVID-19 (la OHL n’a pas tenu de matchs).

Sur la glace, Wright est un joueur très complet. Il a souvent été comparé à Patrice Bergeron, et en le regardant jouer, on constate rapidement les similitudes dans le style de jeu des deux joueurs. Les deux sont des joueurs très solides dans leur zone mais qui sont tout de même capables d’offrir de l’attaque.

Cependant, ce qui a souvent été reproché à Wright cette saison, c’est qu’il semblait avoir de la difficulté à dominer dans la OHL. En regardant sa saison de façon globale, par contre, on remarque qu’il y a une nette amélioration en deuxième moitié de campagne. Ma théorie (qui vaut ce qu’elle vaut), c’est qu’il était un brin rouillé après un an sans jouer dans la OHL et qu’il a retrouvé ses repères par la suite.

Le style de jeu que pratique Wright fait en sorte qu’il ne sera pas un abonné des séquences de faits saillants. Il n’est pas un dynamo offensif comme peut l’être Logan Cooley, par exemple. Néanmoins, sans être un joueur sexy, il est un gars qui est capable de tout faire sur la glace, que ce soit en zone adverse ou dans son propre territoire.

Est-ce que Wright deviendra un joueur d’impact dès ses débuts dans la LNH? Si on se fie aux récents premiers choix (Alexis Lafrenière, Jack Hughes, Rasmus Dahlin, etc.), il peut y avoir une période d’adaptation (et j’en profite pour vous rappeler que ça fait partie du développement de tous les jeunes joueurs), mais dans l’ensemble, quand je regarde le jeu de Wright, je vois un gars qui a les caractéristiques pour devenir un vrai centre top-6 et même un centre de premier trio.

Et avec Nick Suzuki, ça a le potentiel d’être un duo assez dévastateur (et, surtout, très complet). Mine de rien, la ligne de centre à Montréal pourrait être très solide, et ce, très rapidement.

Pour moi, Wright est le choix à faire au premier rang. Il répond à un besoin et, le plus important, il m’apparaît être le meilleur joueur disponible. Je m’attends à ce qu’il soit le joueur sélectionné par le CH au Centre Bell en juillet prochain, devant d’autres très bons espoirs en Cooley, Juraj Slafkovsky, Simon Nemec et autres.

Is It October July Yet?

En Rafale

– En effet.

– Il a le sens du timing, en tout cas.

– Personnellement, je dis oui sans hésiter à cette idée. Cependant, je ne vois tout simplement pas les Leafs échanger Nylander à leur éternel rival montréalais.

– Elle est bonne.

– Bon point.

PLUS DE NOUVELLES