Pourquoi il fallait garder P.K. Subban

Un homme d’affaires aguerri du nom de François Lambert, l’un des Dragons québécois, n’est pas passé par quatre chemins pour s’exprimer au sujet du Canadien – et ses décisions douteuses des dernières années. Lambert a entre autres ciblé la transaction qui a sorti P.K. Subban de Montréal. Peut-être que Subban était « gossant » dans le vestiaire, mais le partisan, lui, il se déplaçait pour observer son spectacle.

Dans son récit publié sur son compte Facebook, Lambert touche des points intéressants et ses propos sont souvent très justes. Les critiques tombent de partout actuellement et elles sont toutes justifiables (ou presque). Le partisan se déplace assister à une joute de hockey pour observer un spectacle, donc il n’est pas servi en ce moment avec le Canadien « arrogant » qui s’éloigne de sa clientèle.

Il n’y a pas tellement longtemps, P.K. Subban se donnait en show. Même si le Canadien perdait, les partisans sortaient de l’amphithéâtre et jasaient des prouesses du numéro 76. Pourtant, le Canadien a refusé de lui octroyer 72 millions de dollars. À cette époque, on disait que c’était beaucoup d’argent, mais était-ce vraiment trop pour un spécialiste de la scène comme P.K. Subban? Lambert ne trouve pas que c’était un montant trop monstrueux pour P.K.!

« J’ai des billets depuis plusieurs années et croyez-moi, j’allais voir P.K.! »

Sérieusement, qui n’est pas en harmonie avec les propos suivants du « Dragon » :

« Price est plate. Quand il est bon, il est correct, mais il a un style plate. Weber est plate, Drouin est surévalué. On le voit, les gradins sont vides et moi-même, je donne mes billets chaque match. Le Canadien est chanceux, nous sommes des « fefans » ici, mais financièrement, le départ de P.K. a déjà coûté pas mal plus que son contrat. Il y a moins de chandails vendus… »

Subban fait suer ses coéquipiers, mais il demeure un grand vendeur et un charmeur de foule.

PLUS DE NOUVELLES