Pascal Vincent comme entraîneur-chef du CH : Athlétique Montréal soulève l’idée

L’arrivée du duo formé de Kent Hughes et Jeff Gorton aux commandes du Canadien laisse présager une chose d’ici quelques semaines : la Coupe Stanley beaucoup de changement. Les deux hommes amènent avec eux une nouvelle mentalité et, avec la saison de misère que connaît le CH, il faudra probablement brasser la cage.

Et même si le changement devrait débuter au niveau des joueurs (plusieurs transactions pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines), il faut s’attendre à des changements dans le personnel hockey de l’équipe. On pourrait notamment en voir derrière le banc, surtout que la fiche de Dominique Ducharme n’inspire pas particulièrement confiance.

Bref, considérant que les chances de voir Ducharme être remplacé à la fin de la saison existent, il faudra toutefois que les dirigeants s’assurent de pouvoir embaucher la bonne personne pour le remplacer.

Et cette personne-là, ça pourrait bien être Pascal Vincent. C’est du moins l’idée soulevée par Marc Antoine Godin et Arpon Basu (Athlétique Montréal).

Vincent, qui a travaillé longtemps à Winnipeg avant d’arriver à Columbus (il est actuellement l’adjoint de Brad Larsen là-bas), est quelqu’un qui a de l’expérience avec les jeunes joueurs de par son passé dans la LAH, là où il a dirigé le club-école des Jets il y a quelques années.

Rappelons également qu’il a été passé en entrevue par les Coyotes l’an dernier avant que ceux-ci n’engagent André Tourigny.

L’ancien entraîneur-chef du Junior de Montréal (Ducharme était d’ailleurs son adjoint) est reconnu pour son leadership, une qualité que Kent Hughes ne cesse de marteler comme étant un élément important pour un « entraîneur moderne ».

Vraiment, cette idée-là m’intéresse. Vincent semble être en mesure de composer avec les creux de vague que subissent habituellement les jeunes joueurs, et comme ceux-ci devraient se multiplier à Montréal sous peu, cette qualité devient d’autant plus intéressante.

Godin et Basu ont également eu la chance de s’entretenir avec Mike Gillis, qui a dirigé les Canucks entre 2008 et 2014, sur ce qui constituerait un bon personnel de dirigeants dans le département hockey.

Il a dirigé les Canucks entre 2008 et 2014.
(Crédit: Capture d’écran/YouTube)

Et Gillis amène des points fort intéressants.

Selon lui, il est important de séparer les champs de compétence au niveau des dirigeants. En fait, ça prendrait idéalement quatre adjoints au directeur général pour créer une organisation solide : un spécialiste de l’aspect financier, un spécialiste du recrutement professionnel et amateur (d’ailleurs, Gillis juge que ces deux sphères doivent être combinées), un spécialiste des statistiques avancées et quelqu’un qui maintiendra un canal de communication entre les dirigeants et l’équipe (pour garder une certaine distance entre les deux).

En ajoutant Gorton et Hughes, ça ferait (déjà) six têtes de hockey dans le personnel de dirigeants de l’équipe. Or, quand on prend le temps de bien comprendre ses arguments, Gillis amène quelque chose qui se défend et qui semble être fonctionnel (sur papier, du moins).

Je vous recommande fortement de lire le Calepin des deux journalistes d’Athlétique Montréal, que je vous remets ICI. Les sujets sont extrêmement intéressants et ils valent la peine d’être consultés.

PLUS DE NOUVELLES