betgrw

Owen Beck : Scott Wheeler est « de plus en plus inquiet » pour sa projection LNH

Au cours de la dernière dizaine de jours, le CMJ a retenu énormément d’attention dans le monde du hockey, mais aussi chez le Canadien. Que ce soit le bon tournoi de Filip Mesar, le combat de Lane Hutson en fin de match hier ou la conquête de l’or par les États-Unis, on a eu de l’action à se mettre sous la dent à Montréal.

Le collègue Tony Patoine a d’ailleurs pondu un excellent papier d’analyse sur le CMJ des quatre espoirs du CH, mais aussi sur celui d’espoirs qui pourraient intéresser le Tricolore au prochain repêchage.

Par contre, s’il y a un espoir du Canadien qui a « déçu » lors du tournoi, c’est Owen Beck. Il n’a pas été mauvais, mais il a été… ordinaire.

Rappelons que Beck n’a récolté qu’un point en cinq matchs.

Et dans ses notes sur les différents espoirs qui ont pris part au CMJ, Scott Wheeler (The Athletic) n’a pas été le plus élogieux non plus. Il admet avoir aimé voir Beck « donner le ton » au niveau physique et au niveau de l’éthique de travail, mais il y a quand même du moins bon dans son évaluation :

J’ai trouvé qu’il a eu beaucoup de difficulté à exécuter avec la rondelle et je suis de plus en plus inquiet par rapport à sa projection LNH. – Scott Wheeler, au sujet d’Owen Beck

Évidemment, c’est un brin inquiétant dans le sens où Beck est considéré comme un espoir safe au sein de la pépinière d’espoirs montréalaise. Depuis son repêchage, il est étiqueté comme un futur centre de troisième trio, et généralement, son plancher est vu comme élevé.

Il est élevé dans le sens où plusieurs s’attendent à ce qu’il atteigne son potentiel de centre de troisième trio, plus précisément.

Je vous avoue que j’ai de la difficulté à accorder beaucoup d’importance au CMJ des joueurs du Canada (sauf celui de Macklin Celebrini, lui qui a réussi à voler la vedette à 17 ans) considérant la piètre performance de l’ensemble de l’équipe. Personne n’a vraiment bien paru, mais il ne faut pas tomber dans la panique pour autant.

Cela dit, Wheeler n’a pas nécessairement tort non plus : il est vrai que Beck n’a pas joué à la hauteur de son potentiel. Il a gagné beaucoup de mises au jeu, certes, mais pour un joueur de 19 ans qui était là l’an dernier, on aurait pu s’attendre à mieux.

Je suis encore assez confiant que Beck connaîtra du succès dans la LNH éventuellement et que son exécution risque de s’améliorer avec l’expérience, mais pour un centre défensif, c’est une chose qui est importante et sur laquelle il devra travailler.

À lui de le faire, maintenant.

PLUS DE NOUVELLES