On peut s’attendre à ce que Juraj Slafkovsky continue de grandir de quelques pouces

Depuis que le Canadien a remporté la loterie du repêchage, la majorité des gens s’entendent pour dire que Shane Wright sera le joueur sélectionné par le Tricolore au premier rang. Après tout, le centre des Frontenacs est perçu comme le meilleur espoir de sa cuvée depuis plusieurs mois et, jusqu’à preuve du contraire, c’était son titre à perdre.

Or, dans les dernières semaines, il y a un joueur qui s’est hissé dans la conversation : Juraj Slafkovsky. L’ailier format géant a de quoi attirer bien des équipes non seulement par son gabarit, mais aussi par son talent et sa vitesse.

Wright est encore le favori et il y a fort à parier qu’il sera le joueur repêché par le CH, mais il n’est plus « complètement seul », disons.

Parce que oui, le gabarit de Slafkovsky a vraiment de quoi intéresser les équipes, et la semaine dernière, Mathias Brunet a partagé une information intéressante sur le jeune homme : il mesure déjà six pieds et quatre pouces, mais on peut s’attendre à le voir grandir encore un brin.

Nos collègues chez HabsolumentFan ont fait cette belle trouvaille plus tôt aujourd’hui.

En fait, comme le note Brunet, la génétique du Slovaque fait en sorte qu’il pourrait encore gagner quelques pouces d’ici quelques années. Son père est encore un peu plus grand que lui, sa mère mesure six pieds et son grand-père faisait six pieds et sept pouces.

Et à tout juste 18 ans, il a encore le temps de grandir un peu.

Bref, sur le plan du gabarit, il n’y a pas à s’inquiéter pour Slafkovsky, qui en a déjà un assez imposant actuellement.

Or, il est important de rappeler que la grandeur d’un joueur n’est pas forcément un gage de succès. Après tout, on n’a qu’à repenser à Michael McCarron, qui avait justement été repêché pour son gabarit. On sait comment cette histoire-là se termine à Montréal (quoiqu’il s’est trouvé un poste de profondeur avec les Predators récemment).

À l’inverse, l’un des meilleurs choix effectués par le CH dans les dernières années, Cole Caufield, n’est pas exactement reconnu pour son gabarit imposant. Être grand et gros, c’est un avantage, mais ce n’est pas la seule façon d’avoir une belle carrière dans la LNH et encore moins une garantie de succès.

Bref, on verra si Slafkovsky, qui devient tranquillement difficile à ignorer dans la conversation pour le premier choix, saura forcer la main du CH. En plus d’être un gros bonhomme, il est rapide et talentueux, ce qui le rend assez intéressant. Le premier choix du CH au prochain repêchage en sera un déterminant dans le futur de l’équipe, et même si je m’attends à ce que ce soit Wright, Slafkovsky semble avoir une certaine chance d’être ce joueur.

En Rafale

– C’est vraiment impressionnant.

– En effet.

– Gabriel Landeskog en a vu des vertes et des pas mûres depuis qu’il est capitaine de l’Avalanche.

– Claude Giroux ne dérougit pas.

– Oubliez Joe Maddon avec les Nationals.

PLUS DE NOUVELLES