Michel Therrien et Alain Vigneault avaient besoin de gagner une Coupe Stanley

Michel Therrien a fait parler de lui, dans les derniers jours, après avoir accepté de devenir l’entraîneur adjoint d’Alain Vigneault chez les Flyers de Philadelphie. Sur les ondes de Hockey360, hier, l’ancien du Canadien avait mentionné avoir eu des offres de l’Europe et de la Russie, mais qu’il avait ultimement décidé de retourner dans la meilleure ligue de hockey au monde.

Ce soir, en entrevue avec Jean-Charles Lajoie à son émission de fin d’après-midi, Michel Therrien y est allé d’une affirmation audacieuse et inspirante.

Au-delà du défi que ça représente d’être entraîneur adjoint pour la première fois de sa carrière dans la Ligue nationale, c’est une bague qui a motivé cette décision.

«Il nous manque un petit quelque chose. Il a connu deux finales de la Coupe Stanley, moi j’en ai connu une. Il nous manque ce maudit trophée-là. On voulait se donner cette opportunité de compétitionner pour la Coupe Stanley, se donner cette chance-là.»

Les Flyers ont un groupe d’attaquants et de défenseurs prometteurs, et peuvent maintenant compter sur Carter Hart entre les deux poteaux. Ajoutons l’impact de Claude Giroux, Jakub Voracek et Sean Couturier à l’équation et Michel Therrien peut malgré tout être encouragé par le futur de cette équipe.

«Je pense qu’avec les Flyers, une organisation très sérieuse, il y a un bon groupe de joueurs avec lequel travailler et je pense que ça va être très intéressant.»

Michel a aussi été encouragé de voir autant de surprises en séries éliminatoires, cette année, la preuve que tout peut arriver lorsqu’on se qualifie. Il a l’habitude de redresser une équipe et dans un rôle d’assistant, il pourra aider à le faire sans que ce soit la tâche principale d’Alain Vigneault, qui pourra quant à lui stabiliser les succès de l’équipe.

On souhaite bonne chance à Michel, qui était très souriant lors de cette entrevue.

PLUS DE NOUVELLES