Même si Price est en santé, Eric Macramalla ne l’échangerait pas

Hier, sur les ondes de TSN 690, Stéphane Waite a affirmé que Carey Price serait en mesure de jouer pour le Canadien dès le mois de septembre. Selon lui, le cerbère serait mitigé au sujet de son avenir à Montréal et souhaiterait possiblement tenter sa chance de gagner ailleurs.

Vous pouvez d’ailleurs lire le texte de mon collègue Félix Forget sur le sujet ici:

Depuis 24 heures, ce sujet génère énormément d’attention, mais plusieurs sont sceptiques des informations de l’ancien entraineur du numéro 31. Avec toutes les nouvelles qui s’accumulent depuis un an, rien ne pointe vers un retour imminent.

Mais ce sujet génère tout de même des discussions bien intéressantes. Eric Macramalla était de passage sur cette même émission ce matin et il a offert un fascinant point de vue.

Selon lui, même si Price est en santé, il ne devrait pas être échangé:

Carey Price est le visage de cette franchise. Il y a certains joueurs qui sont tellement importants pour des organisations qu’on ne peut tout simplement pas les échanger.

Analysons d’abord cette prémisse.

Je crois qu’il est vrai que certains athlètes représentent tellement pour une organisation et une ville que les équipes ne peuvent pas s’en départir. L’attachement est tellement profond que la séparation ferait trop mal.

On peut penser à des joueurs comme Sidney Crosby ou Alexander Ovechkin. Les voyez-vous vraiment dans d’autres uniformes ? Derek Jeter a passé toute sa carrière avec les Yankees et Kobe Bryant lui, avec les Lakers.

Oui, Tom Brady et Michael Jordan ont joué sous d’autres cieux, mais ce sont des cas et des situations très uniques.

Est-ce que Price appartient à cette catégorie des grands qui ne sont pas échangeables? Macramalla pense que oui.

Je pense que Price se qualifie pour cette catégorie. Si tu l’échanges, tu perds une partie de ta franchise. Il est aussi populaire chez les enfants que les adultes. L’équipe n’est tout simplement plus la même sans lui. Je comprends l’aspect business, mais s’il est en santé, je ne crois pas que tu peux l’échanger.

Wow

Il s’agit certainement d’un énoncé puissant.

Le Britanno-Colombien se classe au premier rang des gardiens dans l’histoire du Canadien en ce qui a trait aux matchs joués et aux victoires. Pour les jeux blancs, il se classe troisième.

En séries, il est troisième pour les parties disputées et les jeux blancs, puis il est quatrième au chapitre des victoires.

Dans l’histoire moderne du CH, il est un des joueurs ayant fait partie de l’histoire de l’équipe pour le plus longtemps. Il a vécu une quantité innombrable de reconstructions et réinitialisations sans jamais s’en plaindre publiquement.

Cole Caufield (2019) est le choix de premier tour le plus ancien… sauf Price (2005).

Mais a-t-il vraiment marqué l’organisation comme Crosby, Ovechkin ou Jeter l’ont fait? Ou, plus localement, comme ce fut le cas pour Jean Béliveau ou Maurice Richard?

Le fait de n’avoir jamais remporté de Coupe Stanley joue certainement contre lui. Merci Kreider…

Mais en même temps, on n’a jamais senti l’attachement du numéro 31 envers Montréal et ses partisans comme ce fut le cas pour d’autres. Ses apparitions publiques ont toujours été limitées. Sans entrer dans un débat linguistique et identitaire, il reste que Price n’a jamais vraiment appris le Français (à ce que je sache).

Sans cracher sur lui, c’est vraiment tout le contraire d’un joueur comme P.K. Subban, par exemple.

Alors, Carey a-t-il mérité ce statut de légende qui le rendrait inéchangeable?

Comme ils disent, si Wayne Gretzky a déjà été échangé, n’importe qui peut l’être

Mais pour cela, il faut évidemment être en santé…

En rafale

– Celui qui avait déclaré que « neuf équipes avaient fait l’erreur de ne pas le repêcher » est désormais sur sa sixième équipe en quatre ans.

-Tant mieux! Il rêvait toujours de jouer pour Seattle!

– Aucun changement à la formation des Alouettes ce soir

– C’est ce qu’on appelle être… moyen!

– Qu’en pensez-vous?

PLUS DE NOUVELLES