Top5 des capitaines : Max Pacioretty ne fait pas partie de l’élite | Andrei Markov s’amuse sans sa nouvelle femme | En rafale

Bon milieu d’après-midi!

Joe Pavelski m’a carrément inspiré hier alors que lui et ses troupes ont éliminé une équipe qui semblait jongler avec un entraîneur qui n’a peut-être plus la cote au sein du vestiaire. Cela dit, Pavelski est ma source d’inspiration du jour puisque depuis hier, je réfléchis aux meilleurs capitaines actuelles de la Ligue nationale. J’ai donc décidé de rédiger mon top5 des meilleurs capitaines guidant un groupe de la LNH.

1. Jonathan Toews
Pour moi, c’est un incontournable. La main droite de Toews est déjà garnie de 3 bagues de la coupe Stanley et il vient tout juste de souffler ses 28 chandelles. Toews a beaucoup d’étoffe et son genre de « game » n’est pas axé sur l’offensive, mais sur le « tout autour ». Le 19 des Hawks est un fier compétiteur et il ne se gêne pas pour étaler toutes ses tripes sur les patinoires. Un peu comme Jean Béliveau à l’époque, il n’est pas le plus gras bavard, mais sa prestance fait en sorte que lorsqu’il ouvre la bouche, tous ses coéquipiers sont attentifs. Toews est aussi impeccable sur la glace qu’à l’extérieur de celle-ci. Un capitaine sérieux qui est capable de tenir en laisse Patrick Kane… lors de la saison hivernale.

2. Sidney Crosby
Je ne suis pas un adepte du kid, mais je suis en mesure d’être objectif dans mon analyse. Sidney Crosby est l’un des joueurs les plus dédiés à son sport qu’il a même laissé de côté les « amours » afin de mettre toute sa concentration sur celui-ci. À l’âge de 16 ans, lorsqu’il évoluait chez l’Océanic de Rimouski, il ne se gênait pas pour appeler chacun de ses coéquipiers après une mauvaise performance dans le but de rebondir lors du prochain match. Crosby a une collection d’honneurs individuels, il a des médailles d’or tapissant sa chambre et il a une bague de la coupe Stanley quelque part à travers cela. Après des épreuves et des blessures qui auraient pu compromettre sa carrière, il a rebondi comme un lapin et il est en train de guider sa formation vers une autre finale de championnat.

3. Zdeno Chara
Là, vous pouvez plisser les yeux, mais Chara, qu’on déteste par ses agissements sur la glace face aux Canadiens, est pour moi un grand leader. Et pendant la série 24/7, on a pu le constater davantage puisqu’on a pu remarquer que son clapet se fait toujours aller dans le vestiaire afin de motiver son groupe. Le capy des Bruins a 39 ans et son regard est toujours rempli de passion. En 2011, il a été un acteur principal du scénario qui s’est couronné avec le gros trophée argenté au bout des bras. En plus de tout ça, lorsque Chara quittera les Oursons, il aura laissé une empreinte titanesque et son élève, Patrice Bergeron, est déjà prêt à prendre la relève.

4. Dustin Brown
Il n’est aucunement question d’un joueur avec un impact considérable sur le tableau de pointage, mais il s’agit là d’un capitaine qui joue un rôle primordial au sein des Kings de Los Angeles. Le capitaine des Kings distribue les mises en échec à outrance afin de donner le ton à un match et c’est de cette façon que Brown s’impose sur une glace de la Ligue nationale. Il n’a certes plus l’étoffe qu’il avait au préalable puisque son corps est pas mal magané, mais il demeure encore la bougie de cette formation qui a remporté deux coupes Stanley depuis 2012. Lorsqu’il ne joue pas au hockey, il est impliqué dans plusieurs causes afin de prendre soin de sa communauté. Au fait, avez-vous déjà entendu quelque chose de négatif concernant Browny?

5. Joe Pavelski
La 5e position aurait pu être accordée à plusieurs capitaines et j’y reviendrai. J’ai décidé de placer Pavelski ici puisque depuis que cette lettre de noblesse décore son chandail, les Sharks de San Jose sont une formation transformée. L’expérience de Pavel comme capitaine du navire est encore toute fraîche, mais son leadership est flagrant depuis qu’il a été nommé capitaine de cette concession qui tournait en rond avec ses capitaines depuis quelques années. Pavelski danse encore pendant cette valse printanière et il est en train de mener son équipe vers une première coupe Stanley. Et si les Sharks n’y parviennent pas, ne venez pas me dire qu’ils sont des chokeux.

En 5e place, j’ai jonglé avec les Getzlaf, Tavares, Backes, Giroux, Zetterberg, Benn, Weber et Doan, mais j’ai finalement opté pour Pavelski. Mention honorable également à Alex Ovechkin qui a progressé considérablement comme capitaine.

Pour ce qui est du capitaine du Canadien, Max Pacioretty, je crois en lui, mais il est visiblement en apprentissage et ne peut se comparer aux 10 meilleurs capitaines de la Ligue nationale pour le moment.

En rafale
– Finalement, après avoir laissé planer qu’il allait possiblement être de retour face aux Penguins, Steven Stamkos ne sera pas en mesure de renouer avec l’action.

– Belle façon d’apprendre que tu es échangé…

– Si P.K. Subban n’est pas sélectionné par la direction du Canada en vue de la Coupe du Monde, les réactions seront vives. [TVASports]

– Ça règlerait des problèmes à Calgary, eux qui se cherchent un gardien numéro un. Marc-André Fleury, par exemple.

– Andrei Markov est toujours en Russie, sans sa copine et sans sa fille, mais il a tout de même l’air à avoir beaucoup de plaisir.

Au moins, le Général a vu ses jumeaux :

– La défensive des Sharks de San Jose a réussi à museler Vlad Tarasenko. #PlanDeMatch [SLGT]

– Chris Phillips se retire, mais il demeure tout de même un Sénateur :

– Le Sénateur aura joué 1179 matchs avec les Sénateurs d’Ottawa, la seule équipe de la Ligue nationale où il a évolué.

PLUS DE NOUVELLES