betgrw

Martin St-Louis a plus défendu Brendan Gallagher qu’Arber Xhekaj hier soir

Hier soir, c’était la soirée Patrick Roy du côté de Montréal. Le retour du #33 dans ses fonctions d’entraîneur-chef des Islanders de New York a pas mal fait jaser, si vous n’aviez pas remarqué.

Et loin de moi l’idée de sortir un cliché, mais il régnait une ambiance de séries éliminatoires en ville et dans le Temple.

Roy a fait ce qu’il pouvait pour éviter que la soirée devienne une distraction pour ses ouailles, mais il n’en demeure pas moins que la visite du dernier des Mohicans en ville a fait du bruit.

Et avec raison.

J’ai bien aimé l’idée du Canadien d’honorer le Roy de New York pendant l’hymne national canadien. Ainsi, le club a réglé ça avant que la partie ne commence, question de ne pas donner du gaz aux Islanders.

Visiblement, la stratégie a fonctionné. Après tout, suite à trois performances difficiles à regarder, le Canadien a finalement démontré être capable de jouer du hockey inspiré et les meilleurs joueurs du club ont pris les choses en main.

Nick Suzuki, Cole Caufield (quel beau but, d’ailleurs) et Sean Monahan ont rapidement donné les devants au Canadien, forçant Roy à prendre un temps d’arrêt et forçant les caméraman à faire leur job de caméraman dans de telles circonstances, soit en filmant le gardien substitut.

Ça allait bien pour le Canadien et la foule était contente. Après tout, difficile de demander mieux qu’un hommage à Roy et un départ canon du Canadien pour alimenter la foule.

Ce n’est pas que les Islanders avaient forcément mal commencé, mais le CH avait simplement l’air d’avoir mangé du lion.

Par la suite, les Islanders ont tranquillement entrepris de remonter la pente. Le club a limité les revirements (un grand défi du pilote new-yorkais depuis une semaine) et a marqué une fois pour garder le match à portée de main.

Le Canadien a aidé un peu les Islanders en laissant le club tirer en masse, en étant moins intense qu’en première période et en faisant preuve d’indiscipline, mais rien n’a plus ouvert la porte aux visiteurs que ceci.

Adam Pelech, qui n’avait vraiment pas l’air bien après le coup de Brendan Gallagher, a été victime d’un coup salaud. Il n’y a pas d’autre façon, à mes yeux, de décrire le tout ce matin.

Gally devra répondre de ses gestes lors du prochain match entre les deux équipes.

Gallagher a sorti le coude après que Pelech se soit départi du disque. Le joueur du CH a levé les patins. Il a visé la tête. C’était franchement salaud comme geste et ce n’est pas acceptable.

Attendez-vous à ce que le département en charge de suspendre les joueurs lâche un coup de fil à Brendan Gallagher (qui n’a pas fini le match) aujourd’hui. Et ne soyez pas étonnés si on devait lui offrir la chance de s’expliquer en personne, ouvrant la porte à une suspension de plus de cinq matchs.

Mais pour revenir au match, c’est ce qui a ouvert la porte aux Islanders, qui ont voulu venger Pelech. Deux buts ont été marqués (Mathew Barzal, Kyle Palmieri et Noah Dobson) pour créer l’égalité… et les gars ont célébré avec le coude.

Bien pensé.

Sean Monahan a finalement donné la victoire aux siens (4-3) plus tard dans le match. Lui, hier, il n’a rien fait pour faire diminuer sa valeur marchande sur le marché des transactions.

Et c’est ce qui nous amène après le match.

Questionné sur le coup de Brendan Gallagher, qui était clairement salaud, qui a mis le Canadien dans le trouble en fin de match (ça lui arrive souvent, même si c’est à plus petite échelle) et qui mettra le CH dans l’eau chaude dans les prochains matchs, Martin St-Louis a refusé de lancer son vétéran sous l’autobus.

Le coach a dit comprendre Gally, notamment en disant que les joueurs qui ne sont pas intenses n’ont jamais de pénalité.

St-Louis a dit qu’il allait devoir revoir le geste, mais il comprend que Gallagher est un vétéran qui se donne et qui joue sur la ligne. Le #11, qui n’a jamais été suspendu par le passé, est fatiguant, mais n’est pas un joueur salaud de nature… et cela a paru dans les propos de l’entraîneur.

Clairement, MSL ne voulait pas lancer son vétéran sous l’autobus.

Cependant, entre dire qu’il devra revoir le geste et défendre le geste de son attaquant, il y avait un pas. Et Martin St-Louis, en respect pour son vétéran, a été prêt à le faire.

Notons que Patrick Roy s’est contenté de dire que le dossier était entre les mains de la ligue, lui. Les joueurs des Islanders, eux, étaient étonnés qu’un tel geste vienne de Gallagher.

Mais ce que St-Louis n’a pas eu peur de dire, c’est qu’Arber Xhekaj n’a pas pris de bonnes punitions. Questionné sur ses trois pénalités en deux matchs depuis son retour (incluant deux hier), l’entraîneur a dit ne pas aimer ça. Il n’a rien ajouté.

Pour un pilote qui ne critique jamais vraiment ses gars publiquement, disons que ça en disait long.

Après tout, quand on prend le temps de regarder ça, on se rend compte que St-Louis a plus défendu Gallagher, qui a mis son équipe dans le trouble et qui a posé un geste dangereux, que le Shérif.

Rappelons que le premier est un vétéran et que le deuxième est un jeune qui revient de Laval.

Déjà qu’on se demandait si Xhekaj avait un peu été envoyé à Laval pour lui passer un message, disons que ce qui s’est passé hier soir, en conférence de presse, nous donne un indice à cet effet.

Je ne serais pas étonné que Gally et WiFi ne jouent pas samedi… mais pour des raisons différentes. #Suspension #LaisséDeCôté

Mais bon. Ce n’est pas tout ce qu’on doit retenir de ce match-là, qui a possiblement été le match de saison régulière le plus excitant de l’histoire des duels Canadien/Islanders. Pour moi, en tout cas, ce l’est.

Qu’est-ce que je retiens d’autre du duel?

1. La présence de Patrick Roy (qui a perdu ses deux derniers matchs) a donné un enjeu au match. Ça faisait longtemps que les gars du Canadien n’avaient pas joué un match où le club devait absolument, pour plusieurs raisons, gagner. Et ça a été fait.

Les meilleurs ont été les meilleurs… et cela inclut Samuel Montembeault.

Ses arrêts en début de match ont donné le ton au club et cela a donné des ailes aux gros attaquants du club, qui ont pris les choses en main ce soir. Monty a beau avoir cédé deux fois en fin de match, mais il n’y pouvait pas grand chose, disons. #PunitionDeGallagher

Montembeault a racheté sa performance horrible contre les Bruins. Il avait l’air de Patr– ah pis laissez faire.

2. Patrick Roy avait l’air ému de l’hommage des fans du Centre Bell. Il était dans une ville importante pour lui et de voir qu’on ne l’a pas oublié de la sorte lui a clairement fait chaud au coeur.

Il a remercié l’organisation du Canadien pour la vidéo durant l’hymne national ainsi que les partisans pour leur accueil.

Maintenant, il peut passer à autre chose. Il devait attendre ce match-là avec impatience, lui qui est sûrement encore sur le high d’être de retour dans la meilleure ligue au monde.

Il lui reste un match à la maison demain, contre les Panthers… et après, il aura une pause pour s’installer convenablement à New York et prendre ses aises dans l’organisation de Lou Lamoriello.

3. Lors des deux premières périodes du match, le Canadien a pris cinq punitions, dont trois en deuxième. Arber Xhekaj en a deux à lui seul, mais Rafaël Harvey-Pinard, Jayden Struble et Jake Evans ont aussi été punis.

Et évidemment, il y a eu celle de Gally.

Questionné sur le sujet, Martin St-Louis a dit que le Canadien a joué avec le feu et que le club s’est quasiment brûlé. Et il a raison puisque les trois buts des Islanders ont été marqués en avantage numérique. Le premier était lors d’un cinq contre trois et les deux autres étaient lors de la pénalité de match de Gally.

Le CH a 2-en-5, lui.

4. En revoyant Roy dans la LNH, on apprend forcément à redécouvrir ses tendances. Et clairement, on voit que ses meilleurs éléments jouent beaucoup. La punition de Gally en fin de match a changé les choses, mais bon.

Bo Horvat et Mathew Barzal, des attaquants, ont joué plus de 26 minutes chacun. Noah Dobson, lui, a joué plus de 30 minutes. Imaginez s’il y avait eu une prolongation en plus…

5. Chez le Canadien, il fallait surveiller le temps de jeu de Nick Suzuki, qui était étonné de ne jouer « que » 21:47 l’autre soir contre Ottawa. À trois centres, il s’attendait à jouer plus.

Mais hier, contre les Islanders et avec quatre centres, il a joué pendant 20:58.

C’est une minute de plus que Jake Evans et trois minutes de plus que Sean Monahan. Tout le monde était dans sa chaise hier soir et les nombreuses minutes en avantage/désavantage numérique ont changé la donne.

Notons que Lucas Condotta n’a joué que six minutes et 36 secondes, lui.

Chez les défenseurs, Mike Matheson a joué plus de 26 minutes. Kaiden Guhle (qui a joué en avantage numérique) et David Savard ont joué au moins 21 minutes chacun tandis que Johnathan Kovacevic et Jayden Struble étaient dans les 16 minutes.

Le Shérif, lui? 11:42. Il n’a pas eu un match facile.

6. Après une période, c’était 13-12 pour le Canadien au niveau des tirs. Le problème? Après, le club jouait pour garder son avance et n’a tiré que 13 fois en tout dans les 40 dernières minutes de jeu.

Les Islanders, eux ont tiré 34 fois dans les 40 dernières minutes de jeu. Cela a fini 46-26 au niveau des tirs et les revirements des visiteurs en première ont coulé le club. Ça… et la performance de Monty, qui n’a pas eu d’étoile en fin de match.

7. En fin de première période, ça a brassé un peu. Je me demande si Roy a eu envie de faire comme dans le temps des duels entre le Colorado et Detroit et d’avoir du fun un peu, hehe.

Mais tout ça pour dire que j’ai aimé voir Juraj Slafkovsky se fâcher un peu.

8. Alexander Romanov était de retour au Centre Bell. Je sais que le temps a passé, qu’il est déjà revenu et qu’on parlait surtout du retour de Patrick Roy cette semaine, mais on s’entend quand même pour dire que le retour du Russe a passé dans le beurre.

C’est tout ce que j’avais à dire sur le sujet.

Prolongation

Le Canadien prendra le chemin de Pittsburgh aujourd’hui en vue de son dernier match (demain) avant la semaine de pause et les festivités des étoiles. Mais évidemment, on va surveiller le dossier Gallagher.

Est-ce qu’un joueur du CH sera suspendu pour la première fois de la saison?

Notons que si suspension il y a (c’est fort probable, disons), le Canadien ne pourra pas rappeler Joshua Roy ou un autre gars du Rocket. Le club devra rouler avec 22 gars au lieu de 23 sur l’alignement actif.

Et comme le club a trois gardiens, ça ne laisse que 19 patineurs en santé.

Je m’attends donc à voir Jesse Ylönen prendre la place de Gally demain et, forcément, à voir un défenseur en extra. Selon moi, ce sera Arber Xhekaj, ouvrant la porte au retour de Jordan Harris, mais on verra en temps et lieu.

On verra aussi pour le gardien, mais j’irais avec Montembeault, personellement.

Si Gallagher est suspendu, ce ne sera pas la fin du monde comme Ylönen est là et comme il n’y a qu’un seul autre match avant la pause. Mais comme la suspension devrait être de plus d’un match, on verra l’effet que cela aura sur le club en temps et lieu.

Là, il est trop tôt pour savoir de quoi le club aura l’air le 6 février.

PLUS DE NOUVELLES