Martin Lemay suggère au Canadien de ne pas se pointer à l’aréna ce soir

Non, les joueurs du Canadien n’auront pas eu beaucoup de temps pour se reposer entre la première et la deuxième ronde. Ni pour bien étudier leur nouvel adversaire.

Les Montréalais ont éliminé les Maple Leafs lundi soir, ils sont arrivés à Winnipeg dans la nuit de lundi à mardi… et ils affronteront les Jets pour la première fois dès ce soir (mercredi). Je ne me souviens pas d’avoir vu la LNH laisser aussi peu de temps à une équipe entre la fin d’une série et le début de sa suivante. Vive le calendrier condensée COVID-19, les éclosions durant la saison, les restrictions canadiennes et la LNH qui souhaite à tout prix terminer ses séries avant le lancement des Jeux olympiques de Tokyo. Vive les contrat de télé aussi!

Rappelons-nous que le Canadien avait amorcé sa série face aux Leafs après les sept autres séries en raison du calendrier régulier qui avait été prolongé pour certaines équipes canadiennes…

Que la série entre les Leafs et les Habs s’est décidée en sept parties…

Et que le Canadien vient de disputer pas moins de sept parties en 12 jours! Les Jets, eux, n’en ont joué que quatre depuis le 15 mai.

Le Canadien et les Jets disputeront sept matchs en 12 jours si leur série se rend jusqu’à la limite. Ça commencerait à faire VRAIMENT beaucoup de hockey pour le Canadien qui, vous pouvez en être certains, n’aurait droit qu’à 48 ou 72 heures de « repos » avant sa troisième ronde… face à l’Avalanche ou les Golden Knights. Mission impossible?

On dirait que le CH et la LNH ne font que tenter de rattraper le temps qui passe… on dirait qu’ils en font que courir après le sable qui tombe dans le sablier.

C’est pourquoi Martin Lemay suggère au Canadien de rester à l’hôtel et de déclarer forfait ce soir.

Bien sûr, le Canadien ne peut pas faire ça. La LNH ne le permettrait pas. Et ça enverrait un bien drôle de message aux partisans… et ça ne se fait tout simplement pas!

Mais je comprends le point de Martin Lemay : il y a des limites à rendre une mission déjà difficile encore plus difficile pour une équipe de hockey. Ça n’a pas de sens.

La bonne nouvelle, c’est que historiquement, avoir gagné en sept semble être davantage un gage de succès pour ta prochaine série qu’avoir balayé ton adversaire. Depuis 20 ans, cinq fois sur sept, l’équipe qui venait de gagner en sept a éliminé l’équipe qui venait de balayer son adversaire dans la LNH. Jamais deux sans trois cinq sans six, genre?

Bref, tout va se jouer sur la glace.

Le CH tentera de remporter une quatrième victoire consécutive, ce que les chiffres disent très difficile à faire…

Alors que les Jets tenteront d’en signer une sixième de suite. Ça non plus, les probabilités n’aiment pas ça.

On a dit que le repos avait été bénéfique au Canadien avant l’ouverture de la première ronde, mais le CH n’a remporté qu’un seul des quatre premières rencontres face aux Leafs. Il a commencé à réellement se mettre en marche alors que les matchs importants s’enchainaient.

Non, je ne crois pas que Dominique Ducharme laissera l’un de ses réguliers de côté pour donner du temps de jeu à Romanov, Lehkonen, des joueurs des Black Aces ou même Allen, même si ces derniers ont des jambes fraiches. On a vu ce que ça a donné à Vegas, avec Lehner et Fleury. Inconsciemment, les autres joueurs lèvent la pied… et ça peut laisser des traces le match suivant, faisant disparaître le mode guerrier dans lequel tu t’étais installé.

PLUS DE NOUVELLES