Marc Bergevin ne négociera pas avec le Canadien d’ici la fin de son entente

En marge de l’absence de Carey Price, qui prendra du temps pour lui, Marc Bergevin a rencontré la presse. Mon collègue Maxime Truman a abordé l’angle « Carey Price » de la conférence de presse.

Mais il y a aussi l’aspect « Marc Bergevin » de la conférence. Après tout, comme le DG est en fin de contrat, une mise à jour devait être faite.

Dès le début, Paul Wilson a mentionné que Geoff Molson n’allait pas rencontrer les médias dans un avenir rapproché et que Marc Bergevin allait demeurer en poste (et sous contrat) d’ici la fin de la saison.

Ceci dit, aucune mise à jour n’était au menu. Non, le DG n’a pas signé de prolongation de contrat, mais il a clarifié sa situation – ce qu’il voulait faire avant de donner des entrevues aux journalistes.

Ce qu’on sait, c’est que le DG du Canadien ne va pas négocier jusqu’à la prochaine saison morte. Avec la saison qui commence, c’est là qu’il mettra ses énergies au cours des prochains mois.

Il ne va donc pas apporter d’autres mises à jour à court et moyen terme. Cette saison est la dernière de son contrat et on verra pour la suite des choses, lui qui va négocier seulement lors de la prochaine saison morte.

Ceci dit, il va continuer de travailler fort pour son club, qu’il a à coeur. Ce n’est pas parce qu’il est rare de voir un DG agir de la sorte qu’il ne le fera pas du mieux qu’il le peut.

Il ne veut pas être une distraction pour son équipe et il va faire ce qu’il a à faire au niveau hockey. Aussi simple que ça pour celui qui est en poste depuis neuf ans déjà.

Évidemment, quand la saison va prendre fin, le Canadien sera sur le point de tenir son repêchage (à Montréal) et de préparer les agents libres. Le temps de négocier avec son patron pour un nouveau contrat, ce n’est pas là.

Cela semble donc indiquer, de notre oeil extérieur, une transition. Possiblement vers Scott Mellanby ou Martin Lapointe.

Évidemment, la nouvelle de Carey Price n’est qu’un élément de plus sur le bureau de Marc Bergevin, qui en a eu beaucoup dans les derniers mois. Cela peut justifier son désir d’attendre avant de s’engager à nouveau à long terme.

Parce que même s’il dit bien aller, il semble fatigué. Et c’est normal.

Peut-être se voit-il ailleurs, peut-être se voit-il à Montréal ou peut-être se voit-il en congé : on ne le sait pas. Mais en ce moment, l’option Montréal semble moins probable qu’elle ne l’a déjà été.

Rappelons qu’en début de semaine, JiC et Renaud Lavoie ont dit que si le DG ne signait pas d’ici mercredi (le 13 octobre), ça sentait la transition.

Si Bergevin se voit ailleurs, son dévouement en dernière année de contrat pourrait inspirer des équipes à lui faire confiance – en plus de son CV, qui parle pour lui-même depuis quelques années.

Et comme on ne sait pas où il se voit (après avoir honoré sa dernière année de contrat et après avoir refusé de parler de son avenir passé la prochaine saison), il est dur de prédire quoi que ce soit.

Je ne sais pas si, à la lumière des événements depuis le début du camp du CH, on doit baisser nos attentes envers la campagne 2021-2022 du Canadien. Ça s’annonce difficile.

Si c’est le cas et que le CH hérite d’un choix top-10 (donc protégé dans la transaction Christian Dvorak en Arizona), le CH aura au moins un bon espoir suite à la saison.

En rafale

– Marc Bergevin dit aimer ce qu’il fait.

– François Legault et Valérie Plante supportent le gardien du Canadien.

– Un autre gars à remplacer par comité.

– Dominique Ducharme est là pour ses joueurs.

PLUS DE NOUVELLES