Les repêchages du Canadien dans la décennie : un bilan en demi-teinte

Le repêchage (et le développement des joueurs) est l’un des meilleurs moyens, pour une équipe, de se doter d’une fondation pour demeurer dans les sommets. Un bon coup ou une erreur peuvent changer facilement la donne.

Mais le Tricolore, lui, comment il s’est tiré d’affaire?

2010

Cette année-là, le Canadien n’avait aucun choix dans la 2e et la 3e ronde.

Meilleur choix : Brendan Gallagher (5e ronde – 147e au total)

Impossible de prétendre le contraire. Gallagher est un petit guerrier qui a une grande importance dans les succès du Canadien encore aujourd’hui!

On s’attendait à plus de : Jarred Tinordi (1re ronde – 22e au total)

Le gros défenseur n’a jamais joué un rôle intéressant pour le Canadien, lui qui est arrivé à un moment où la LNH a commencé à avoir un jeu axé sur la vitesse et les habiletés. Ce qui fait mal dans ce cas-ci, c’est que le Tricolore a sacrifié un 2e choix et son 27e choix au total pour s’avancer et choisir Tinordi!

2011

Seuls deux joueurs de cette cuvée ont joué des matchs dans la LNH. Encore une fois, le Canadien a été relativement tranquille, lui qui n’avait pas de choix en 2e et 3e ronde

Meilleur choix : Nathan Beaulieu (1re ronde – 17e au total)

Si la plupart des gens reconnaissaient les habiletés de Nathan Beaulieu, particulièrement à l’attaque, il y avait déjà des points d’interrogations concernant son attitude en général. Mais on s’entend, vu le bilan de ce repêchage, il est le meilleur choix par défaut…

On s’attendait à plus de : Nathan Beaulieu

Hé oui! Après tout, il est devenu un joueur de profondeur et il n’a jamais pu devenir un joueur qui se distingue avec des performances constantes.

2012

C’est le premier repêchage de Marc Bergevin en tant que DG aux commandes de l’équipe. Le bilan est toutefois mitigé.

Meilleur choix : Alex Galchenyuk (1re ronde – 3e au total)

Quand on regarde en arrière, ça demeurait un pari audacieux, au 3e rang, étant donné que Galchenyuk avait manqué une grande partie de la saison en raison d’une blessure à un genou. Il a montré des beaux flashs lors des premières saisons, mais il a cependant plafonné (et permis d’acquérir Max Domi)!

On s’attendait à plus de : Sebastian Collberg (2e ronde – 33e au total)

Lorsque le Canadien a prononcé le nom de cet attaquant suédois, plusieurs ont été surpris qu’ils aient pu le faire aussi loin, car il était vu comme un choix de première ronde. Le passage de Collberg n’a pas été rempli de succès. Il aura au moins servi au Canadien pour louer les services de Thomas Vanek!

2013

Le Canadien avait sous la main davantage de choix dans les premières rondes. Ce fut tout de même une cuvée faible, en général, dans la la LNH. Le Tricolore n’y a pas échappé.

Meilleur choix : Artturi Lehkonen (2e ronde – 55e au total)

Même s’il est encore la tête de Turc de certains parce que parfois, il manque des chances de marquer qui semblent faciles, personne ne peut nier que Lehkonen est très utile au Canadien, lui qui donne toujours un gros effort sur la glace et qui est très fiable dans les missions défensives.

On s’attendait à plus de la part de : Michael McCarron (1ere ronde – 25e au total)

Soyons honnêtes, après McCarron, très peu de bons joueurs ont été choisis, ce qui confirme que ce repêchage n’était pas un grand cru. Il n’en demeure pas moins que, de la part de cet attaquant avec un gros gabarit, plusieurs auraient souhaité qu’il parvienne à devenir un joueur de puissance. Il est taillé pour l’ancienne LNH, jusqu’à preuve du contraire.

2014

Une autre cuvée relativement faible dans la LNH et le Canadien n’a pas su se démarquer en obtenant un joueur qui est un régulier dans son alignement.

Meilleur choix : Nikita Scherbak (1re ronde – 26e au total)

Oui, nous serons francs, il a ce titre un peu par défaut. Même s’il a déjà dit qu’on ne lui a pas laissé sa chance pour s’établir, Scherbak n’a pas su s’imposer comme un choix logique pour occuper une place dans un rôle offensif. Si au moins, il avait pu faire ce type de jeu plus régulièrement…

On s’attendait à plus de la part de : Nikita Scherbak

Rien à ajouter!

2015

Une cuvée riche au niveau de la LNH, mais qui s’est amenuisée après les deux tiers de la 1re ronde. Le CH a justement fait son premier choix dans le dernier tiers.

Meilleur choix : Noah Juulsen (1re ronde – 26e au total)

Les qualités de Juulsen n’ont fait aucun doute, avec sa capacité de bien défendre son territoire et de distribuer des grosses mises en échec.

On s’attendait à plus de la part de : : Noah Juulsen

Quoique dans son cas, c’est davantage les blessures qui ont miné son parcours professionnel.

2016

Avec un choix dans le top-10, l’occasion était belle pour le Canadien pour ajouter un espoir de qualité. Ce fut mission accomplie, même si le joueur n’est pas demeuré dans le système très longtemps.

Meilleur choix : Mikhail Sergachev (1re ronde – 9e au total)

Certains croyaient qu’il serait sélectionné plus tôt, mais finalement, il a glissé jusqu’au Canadien. Sergachev est surtout reconnu pour ses qualités de quart-arrière pour animer une attaque, mais qui devait peaufiner son jeu dans sa zone. Il a servi à obtenir Jonathan Drouin via une transaction, moins d’un an après son repêchage.

On s’attendait à plus de la part de : : William Bitten (3e ronde – 70e au total)

On peut le placer dans cette catégorie car, lors de son année de repêchage, Bitten a été un très bon joueur au sein d’une équipe très médiocre, les Firebirds de Flint. Échangé la saison suivante à Hamilton, à sa demande, il a quelque peu plafonné. Il n’aura finalement jamais patiné pour le Canadien ou le Rocket, lui qui a été échangé pour Gustav Olofsson à l’aube de la saison 2018-2019.

2017

C’est une première année où le Canadien a changé sa stratégie pour le repêchage, en conservant davantage ses choix dans les premières rondes.

Meilleur choix : Ryan Poehling (1re ronde – 25e au total)

Il a placé la barre haute en saison 2018-2019, en étant dominant au Championnat mondial junior et en inscrivant un tour du chapeau à son premier match chez les professionnels. Cette saison, il chemine très bien, à son rythme, et démontre qu’il va fort probablement occuper une place de choix dans le futur du Canadien.

On s’attendait à plus de la part de : Joni Ikonen (2e ronde – 58e au total)

En raison de sa grande créativité offensive, on parlait beaucoup de Joni Ikonen comme d’une carte cachée. Sa progression a été ralentie par des blessures, ce qui fait de lui, pour le moment, un joueur au potentiel désormais plus incertain.

2018

Après une saison de misère, le fait de pouvoir repêcher dans le top-3 a été une belle consolation pour les partisans du Canadien.

Meilleur choix : Jesperi Kotkaniemi (1re ronde – 3e au total)

Oui, sa 2e saison laisse beaucoup de gens sur leur faim, mais il faut se rappeler que Kotkaniemi, à sa première année, a été très bon pendant une grande partie de la campagne avant de manquer d’essence dans le dernier droit. Le tout en étant le plus jeune patineur dans la LNH! Le potentiel est encore grand et bien présent dans le cas de KK.

On parle de lui comme un vol : Alexander Romanov (2e ronde – 38e au total)

Lorsque le Canadien l’a choisi, tôt en 2e ronde, la surprise a été générale et plusieurs ont décrié ce choix. Après tout, les diverses listes d’observateur externes classaient le défenseur russe comme un choix de 4e ronde, au mieux. 18 mois plus tard, Romanov fait encore très bien paraître ses patrons pour l’avoir sélectionné aussi tôt. Mais quand viendra-t-il en Amérique du Nord?

2019

Le dernier repêchage de la décennie pour le Canadien, où, en première ronde, il repêchait à la limite d’une coupure où le talent disponible chutait, au 15e échelon.

Meilleur choix : Cole Caufield (1re ronde – 15e au total)

Toujours considéré comme étant trop petit, peu importe où il est passé, Caufield a toujours su prouver que son don de Dieu, comme le dit si bien Jeff Drouin, pour être un catalyseur offensif, est digne des meilleurs. Les fans du Canadien ont très hâte de le voir remplir le filet adverse!

Autres choix à surveiller : Si les gens vont vite apprendre à aimer Rafaël Harvey-Pinard, gardez à l’oeil les défenseurs Jayden Struble et Mattias Norlinder!

Quelques statistiques

Nombre de joueurs choisis en 1re ronde : 10

Nombre de joueurs choisis en 2e ronde : 11

Nombre de joueurs choisis en 3e ronde : 12

Nombre de joueurs qui ont été repêchés : 72

Nombre de joueurs qui ont joué au moins une partie dans la LNH : 21

PLUS DE NOUVELLES