Les Red Wings de Détroit s’en vont droit dans le mur

Le Canadien de Montréal s’est amusé comme larron en foire, samedi soir, en humiliant les Red Wings de Détroit par la marque de 10-1. Outre le score ronflant, la défaite a fait très mal au club de Jeff Blashill, qui est sur une séquence de 7 défaites d’affilée. Henrik Zetterberg n’a d’ailleurs pas fait de langue de bois suite à la partie. En même temps, comment en faire après s’être fait humilier de la sorte ?

« J’ai joué au hockey professionnel pendant 20 ans et je ne crois pas avoir fait partie de quelque chose de similaire auparavant. On a pratiquement fait honte à tous ceux qui ont joué pour les Red Wings ce soir et nous devons vivre avec ça. »

– Henrik Zetterberg

Pourtant, la campagne avait bien débuté avec une fiche de 4-1-0 lors des 5 premiers matchs de la saison. Il s’en est suivi des bons, et des moins bons moments, jusqu’aux deux parties contre le Canadien où les Red Wings ont encaissé 16 buts. Combien de deux contre un, des trois contre zéro ont-ils accordés hier ? Ça n’avait pas de bon sens… 

Le constat est affligeant : le club est en pleine déroute. Rien que de voir un tout nouvel amphithéâtre à moitié vide est assez triste, pour une ville qui se surnomme Hockeytown. 

Avec seulement une année au contrat du DG Ken Holland, des changements sont à prévoir du côté de Détroit. Mais est-ce que lui et Blashill (surtout ce dernier) vont garder leur poste jusqu’à la fin de la saison ?

Depuis les départs de Pavel Datsyuk et Mike Babcock, tout le monde se doutait que c’était la fin d’une ère. Seul mince espoir : les Wings peuvent reconstruire autour de Larkin, Mantha, Athanasiou ou Frk.

Ce qui est encore plus triste, c’est que Détroit devra affronter des équipes comme les Jets, les Bruins, les Leafs et les Blues lors de leurs cinq prochaines parties. Y’en aura pas de faciles…

PLUS DE NOUVELLES