Les Ducks d’Anaheim considéreraient eux aussi Mathieu Darche comme prochain DG

Le nom de Mathieu Darche est très populaire au Québec présentement. Après tout, on parle ici d’une excellente tête de hockey pour qui la prochaine étape est de devenir DG d’une équipe de la LNH. Et à moins d’avoir été pris sous une roche depuis la semaine passée, vous comprenez pourquoi le concept de directeur général de la LNH est populaire à Montréal présentement.

On sent qu’il est parmi les favoris pour être le successeur de Marc Bergevin, et même si certains croient qu’il n’est dans la course qu’en raison du fait qu’il parle français, détrompez-vous : c’est pour ces conséquences qu’il y est.

Parce que s’il n’était pas compétent, pour quelle raison les Ducks le considéreraient-ils pour remplacer Bob Murray? Du moins, c’est l’information récoltée par Pierre LeBrun.

J’adhère également à l’idée évoquée par bon nombre de personnalités médiatiques montréalaises depuis quelques jours : Mathieu Darche est un gars brillant : il ne viendrait pas seulement ici pour être la marionnette francophone qui ne fait que défendre les décisions de Jeff Gorton.

Attention, je ne dis pas que c’est impossible que Gorton « call les shots » à court terme : Darche n’est pas encore expérimenté et il aura la chance d’être épaulé par un gars qui a de l’expérience qui lui sort des oreilles. Or, le Québécois prendra du galon tout au long de son mandat, j’en suis persuadé.

LeBrun ajoute également qu’il sait que le contrat de Darche ne le force pas à terminer la présente saison avant de considérer des emplois ailleurs dans la LNH. Ainsi, s’il accepte un poste de DG (que ce soit à Montréal ou à Anaheim), il n’aurait pas à attendre la saison morte avant de s’installer dans son nouveau fauteuil. Il pourrait donc être l’architecte de la prochaine date limite des transactions et du prochain repêchage pour le Tricolore, par exemple.

Évidemment, Darche n’est pas le seul candidat qui sera considéré à Anaheim. Je ne serais vraiment pas surpris de voir les Ducks faire de l’œil à Marc Bergevin, par exemple, qui hériterait d’un beau noyau de jeunes joueurs dans un marché où la pression est (bien) moindre.

Il faut également rappeler qu’ils ont Martin Madden Jr. dans leur propre cour présentement et qu’il sera probablement considéré, lui aussi.

Mais encore une fois, ça démontre que, comme pour Jeff Gorton, le Canadien est dans la course pour des gars qui font l’envie de d’autres formations dans la LNH. Non, le fait francophone du marché n’est pas forcément un frein pour des candidats de qualité.

PLUS DE NOUVELLES