Les Bruins congédient leur entraîneur Bruce Cassidy

Après avoir congédié Claude Julien durant la saison 2016-17, les Bruins de Boston l’avaient remplacé derrière le banc par Bruce Cassidy, un remplacement qui faisait suite à des mois peu convaincants pour les Bruins.

Et rapidement, Cassidy a redressé le navire, lui qui a connu du succès tout au long de son parcours comme entraîneur-chef des Bruins, comme en témoigne sa fiche de 245-108-46 à la barre de l’équipe.

Or, surprise en ce lundi soir, alors que les Bruins viennent d’annoncer que Cassidy a été relevé de ses fonctions.

Évidemment, ce n’était pas forcément la chose à laquelle on s’attendait. Même si Cam Neely ne semblait pas convaincu du travail de son personnel d’entraîneurs (c’est ce qu’il avait affirmé lors de son point de presse de fin de saison), congédier celui qui a mené l’équipe en séries durant les six dernières années est un brin surprenant. Le timing est aussi étrange : si on savait que Cassidy ne reviendrait pas, pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de le remercier?

Si vous voulez mon avis, ça ne prendra pas de temps à Cassidy (qui sera payé 3 millions $ par les Bruins l’an prochain) pour se retrouver un emploi.

Et par la force des choses, cette nouvelle risque d’avoir des répercussions assez importantes sur le marché des entraîneurs disponibles, qui était déjà assez impressionnant. Après tout, Cassidy est un autre candidat intéressant (comme Barry Trotz, entre autres) et des équipes lui feront de l’oeil.

Et malgré les blessures de Brad Marchand et Charlie McAvoy en plus de l’incertitude entourant Patrice Bergeron, il y a quand même un bon noyau en place à Boston. Il y a des entraîneurs qui seront intéressés à aller là-bas. Le début de saison ne sera peut-être pas facile pour les Bruins à l’automne, cependant.

Parlant de Bergeron, on peut se demander si cette nouvelle-là aura un impact sur sa décision. Je ne sais pas quelle était sa relation avec Cassidy, mais son congédiement pourrait inciter le Québécois à revenir ou à quitter, tout dépendamment de son impression du coach.

Est-ce que Bergeron a été consulté avant de prendre cette décision?

Bref, celui qui a été embauché à Boston une semaine avant que Claude Julien ne le soit à Montréal est donc congédié un an et demi après que Julien ne l’ait été à Montréal.

On jase là, mais Julien est disponible si les Bruins veulent le réengager…

En Rafale

– Acquérir Devon Toews : une des meilleures décisions de Joe Sakic à la tête de l’Avalanche.

– Dans cette série? Assurément.

– Les entraîneurs sont sur des sièges très éjectables depuis quelques années.

– Pour ceux qui n’ont pas suivi la situation.

– Qu’en pensez-vous?

PLUS DE NOUVELLES