Le Lightning travaille avec Ryan McDonagh pour l’échanger

Le 1er juillet 2018, quelques mois après son arrivée à Tampa Bay et à un an de l’autonomie, Ryan McDonagh a signé une prolongation de contrat de sept ans visant à le garder en Floride jusqu’en 2026. Il a obtenu, de la part de Steve Yzerman, 6.75 M$ par année et une clause de non-échange.

Depuis ce temps-là? On parle de trois visites en finale de la Coupe Stanley et de deux conquêtes. Il est un joueur apprécié à Tampa, mais le club est (encore une fois) pris sous le plafond.

En ce moment, le club a 19 joueurs sous contrat, est à deux millions de dollars au-dessus de la limite permise (elle peut être dépassée l’été) et des gars comme Nick Paul et Ondrej Palat doivent signer un nouveau contrat.

Résultat? Julien BriseBois et Ryan McDonagh travaillent ensemble afin de voir si le défenseur pourrait aller jouer les quatre dernières années de son contrat ailleurs via transaction.

Pourquoi faire le processus avec le défenseur? Par respect pour ce qu’il a apporté au Lightning dans les dernières années, mais aussi parce que le gars a une clause de non-échange, ce qui rend le processus complexe.

On ne sait pas encore qui ira le chercher, mais ce ne sera pas le Canadien. Jeff Gorton (qui a échangé le défenseur quand il était à New York) et Kent Hughes n’ont pas les moyens d’ajouter un tel contrat sans en donner un et le but de Tampa est de se soulager d’un gros contrat.

Donc non, il n’y a aucune chance de voir le CH mettre la main sur son premier choix de 2007… surtout qu’il bloquerait le chemin aux jeunes espoirs gauchers en défensive. Rien n’est logique là-dedans.

Qu’importe qui ira le cherche (s’il part), le club en question aura droit à un bon meneur, à un défenseur qui fait tout sur la glace, qui a encore des bonnes années dans le corps et qui a 185 matchs d’expérience en séries. Que demander de mieux?

Notons qu’à Tampa, tout le monde est dévasté à l’idée de le perdre, mais ça fait partie de la game. Et depuis quelques années à Tampa Bay, des gars importants doivent partir.

J’imagine que le téléphone doit sonner en masse, mais le gars n’a jamais manqué les séries et il a une NTC : il a le droit de faire son difficile si une offre ne fait pas forcément son affaire. Sa troisième transaction en carrière, si elle survient, ne sera pas contre son gré.

PLUS DE NOUVELLES