Le directeur général de l’Attack d’Owen Sound se prépare à la « vie » sans Suzuki

L’arrivée de Nick Suzuki commence réellement à soutirer des commentaires positifs de part et d’autre. Cet élément acquis en est un de catégorie A et même le directeur général de son équipe de la OHL d’Owen Sound, Dale « Digger » Degray, se prépare à la « vie » sans Suzuki depuis son départ vers Montréal. Sans stipuler qu’il se taillera un poste, ces propos indiquent plutôt que les chances demeurent plus élevées à Montréal. Elles ont augmenté avec une équipe comme le Canadien, où il y a plus de place.

Le Canadien de Marc Bergevin n’a pas l’étoffe des Golden Knights, il est en « reset » et des places au centre sont accessibles. Mais peu importe la position où il évoluera, Suzuki est apte à jouer aux deux ailes et au centre. Même si les ailes étaient les positions primaires depuis deux ans, un retour au centre n’est pas un souci. Rappelez-vous que le modèle du jeunot demeure un certain Patrice Bergeron.

Puis, si le Canadien demandait à sa formation junior de jouer au centre, celle-ci le ferait sans aucun problème, ce qui est une excellente chose.

Son patron « junior » encense son poulain sans arrêt, lui qui a trois années de fait avec cette franchise évoluant au sein de la OHL.

Je n’ai pas à juger de cet échange entre deux équipes de la LNH. Je reste à l’extérieur de Toronto et j’ai une bonne idée de ce qui se déroule dans le monde de la LNH. Mais je peux vous dire ce que j’ai dit à Nick Suzuki. Quand le Canadien de Montréal échange son capitaine et l’un des meilleurs marqueurs de la LNH depuis plusieurs saisons, c’est un signe que cette équipe a une très grande opinion de toi. – Degray

Suzuki a récolté 100 points et 96 points lors de ses deux dernières campagnes, tout en marquant 42 et 45 buts. Hormis les statistiques, il est reconnu comme un joueur spécial doté d’une intelligence « hockey » exceptionnelle. Lors des matchs capitaux, il est un spécialiste pour appuyer sur l’embrayage et être la bougie de ce type de duel. Bref, il est en mesure de traîner son équipe sur ses épaules, selon Degray.

Je ne peux rien prédire. Quand je regarde l’histoire récente du Canadien, Marc Bergevin a gardé Victor Mete à 19 ans et Alex Galchenyuk à 18 ans au retour du lock-out. Est-ce possible qu’il revienne à Owen Sound ? Oui, c’est une possibilité. Mais je connais assez Nick Suzuki pour savoir qu’il fera tout pour rester à Montréal. Je dis toujours à mes joueurs qu’ils doivent saisir leur chance. S’il répond à tous les critères pour jouer dans la LNH, il gagnera son poste avec le Canadien. Mais s’il reste encore des cases à cocher, il reviendra à Owen Sound. – Degray

Les propos ont été recueillis dans un billet de J-F Chaumont.

PLUS DE NOUVELLES