Le Canadien de Montréal vaut désormais 1,6 milliard de dollars

Ce n’est pas une surprise : une équipe sportive professionnelle, ça vaut (très) cher. Pour prendre possession d’une équipe dans les quatre grandes ligues en Amérique du Nord, il faut avoir les reins très solides et être très riche.

Parce que les millions (ou les milliards) dépensés pour acheter le club, ça ne prend pas en considération un potentiel nouveau stade. Parlez-en à Stephen Bronfman.

Et, évidemment, quand on parle d’un club qui a un certain prestige, la valeur n’en est que plus grande. Dans la LNH, on pense immédiatement aux Rangers, aux Maple Leafs et même au Canadien.

Après tout, si les Penguins (qui n’ont pas forcément l’historique de ces trois équipes) ont été vendus pour 900 millions $, ça veut dire que la valeur des trois autres est bien plus élevée.

Le magazine Forbes publie à chaque année son classement des équipes qui ont la plus grande valeur dans le monde. Aujourd’hui, il a dévoilé la valeur des différentes équipes de la LNH, et sans surprise, le CH est sur le podium (en troisième place).

Sa valeur? Pas moins de 1,6 milliard de dollars. Les Rangers (1er rang), quant à eux, ont atteint le cap des 2 milliards $

J’en profite pour vous rappeler que lorsque Geoff Molson s’est porté acquéreur du CH en 2009, il valait (seulement) 500 millions $.

En fait, selon Forbes, la valeur des équipes a augmenté de 32 % en moyenne. Après une année marquée par la pandémie, le retour des partisans dans les gradins y est évidemment pour quelque chose. La vente des Penguins a également joué un rôle important dans cette augmentation marquée étant donné que les équipes ont vu qu’il y a des acheteurs qui sont prêts à dépasser la valeur estimée.

Et ça, c’est une raison importante pour appuyer les propos d’Elliotte Friedman, qui pense que la vente des Penguins pourrait amener d’autres propriétaires à considérer une vente.

Rappelons que des rumeurs de vente entourant les Coyotes circulent depuis quelques jours. Leur valeur est d’ailleurs estimée à 400 millions $, bon pour le dernier rang dans la LNH.

Bref, une année payante pour les propriétaires dans le circuit Bettman. Une preuve que la ligue est en santé et qu’elle se remet bien de la pandémie (sur le plan financier, du moins).

PLUS DE NOUVELLES